Partager

A la faveur de la libération de ses agents emprisonnés à Niono, la direction générale du réseau de communication Kayira, parti de Bamako avec une forte délégation d’auditeurs et de sympathisants, a animé deux meetings géants : un à Niono et un autre à Koutiala, lieu de résidence de la plupart des journalistes emprisonnés.

Le dimanche 24 septembre à Niono devant une foule d’environ 800 personnes, Dr Oumar Mariko, directeur général du réseau de communication Kayira, a loué le courage des six agents du réseau.

Le lundi 25 septembre à Koutiala, devant une foule d’environ dix mille personnes, il a estimé que les journalistes et animateurs ont été injustement jetés en prison par les responsables de l’administration locale qui sont opposés à l’ouverture d’une station de la radio Kayira à Niono.

Il a rappelé que le Mercredi 23 août 2006, sur injonction de Alassane Diallo, préfet de Niono, le commissaire de police de la ville a interpellé et placé en garde à vue des journalistes et des animateurs de la radio Kayira. Ces journalistes et animateurs ont été arrêtés pour avoir exprimé leur ras-le-bol devant le silence prolongé et le refus des autorités d’accorder à la station Kayira de Niono l’autorisation d’émettre, soutient Mariko.

Selon lui, ils s’étaient rendus à Niono, sur demande de la direction générale du réseau, pour apporter un appui moral au personnel et clubs de soutien qui doivent faire face aux conséquences financières de la fermeture arbitraire.

Tout compte fait, la réouverture de la radio Kayira de Niono par les journalistes et animateurs a été interprétée par le préfet de la localité comme un signe patent d’une rébellion à l’autorité légitime.

Arrêtés et jetés en prison, le mardi 29 août 2006, le juge de paix à compétence étendue du tribunal de Niono a jugé et condamné les six journalistes et animateurs du réseau de communication Kayira, à un mois d’emprisonnement ferme et 50 000 F Cfa d’amende par personne.

Depuis, les responsables de la radio Kayira ont organisé plusieurs manifestations pour protester contre ces condamnations. Le samedi 2 septembre 2006, le réseau Kayira et ses sympathisants ont animé un meeting géant devant la direction du réseau à Djélibougou.

Au cours de ce meeting, Dr Mariko a indiqué que la manifestation a été organisée pour dénoncer la politique de deux poids deux mesures des autorités maliennes, notamment du ministre de la Communication Gaoussou Drabo.

Pour Oumar Mariko, la nouvelle radio qu’il s’apprêtait à ouvrir à Niono est victime d’une cabale politico – administrative.

Des radios de Niono et ailleurs au Mali, dans la même situation que la radio Kayira de Niono, ne sont pas inquiétées, bien qu’ils émettent au vu et au su de tout le monde depuis des mois sans avoir fait une demande de l’autorisation de fréquence, dira t-il. Avant de poursuivre que les journalistes et animateurs de Kayira à Niono sont des martyrs, parce que injustement emprisonnés.

A.K

27 septembre 2006.