Partager

Les États-Unis ont annoncé jeudi qu’ils allaient accroître l’assistance qu’ils apportent au nord du Nigeria, à majorité musulmane et théâtre de violences interconfessionnelles, tout en pressant le gouvernement nigérian de s’attaquer aux racines de cette vague de violence. Une telle représentation « nous doterait d’une présence diplomatique dans le Nord et nous donnerait la possibilité d’accroître l’aide au développement fournie » dans cette région du Nigeria, a souligné M. Carson, secrétaire d’État américain adjoint aux Affaires africaines, lors d’une audition devant la commission des Affaires étrangères du Sénat à Washington.Depuis deux ans, des violences quasi-quotidiennes ont fait plus de 1.000 morts. Elles sont le fait des islamistes de Boko Haram, qui veulent restaurer le califat et imposer la charia (loi islamique) dans l’ensemble du Nigeria. Certains élus du Congrès se sont prononcés pour que le département d’Etat ajoute Boko Haram à sa liste des groupes terroristes. Mais M. Carson, tout en disant prendre « très au sérieux » la menace que Boko Haram représente pour les Etats-Unis, n’a pas jugé une telle mesure souhaitable. AFP.