Partager

«Selon l’organe de centralisation des résultats de l’Urd à Niafunké, nous arrivons en tête dans les 8 communes». L’affirmation est de Soumaïla Cissé, candidat malheureux de la présidentielle du 11 août 2013, relayé sur son compte tweeter.

jpg_une-2347.jpgLe parrain de l’Union pour la République et la démocratie (Urd) sera-t-il élu dès le premier tour ? Des informations proches de la direction du parti de la poignée de mains tendent à l’affirmer. A Niafunké où deux sièges sont en jeu, l’Urd est allée sur une liste propre conduite par Soumaïla Cissé.

Et selon la commission de centralisation des résultats du parti dans ladite localité, la liste Urd aurait recueilli entre 52 % et 71 % des voix dans les huit communes du cercle à l’issue du scrutin législatif du 24 novembre. «Ces résultats, dès qu’ils seront confirmés par les instances, nous feront élire dès le 1er tour», a souligné Cissé dans un second tweet.

Ingénieur informaticien de profession, Soumaïla Cissé a été plusieurs fois ministre au Mali mais il n’avait jamais sollicité le suffrage des maliens dans le cadre d’un scrutin autre que la présidentielle. L’ancien président de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Uemoa) fera son entrée dans l’hémicycle pour la première fois de sa carrière politique où il est attendu comme le leader de l’opposition.

À l’exception des circonscriptions électorales de Dioïla et de Tenenkou où des candidats Rpm et Urd sont en alliance, les deux partis s’affrontent partout ailleurs sur le territoire national. Les deux camps ont la particularité d’avoir une liste dans chacune des circonscriptions électorales du pays, à l’exception de la région de Kidal où l’Urd s’est abstenu de présenter une candidature. Ce scénario prédit une bataille rangée entre les deux partis pour le contrôle du parlement.

Seydou Coulibaly

© AFRIBONE

Le 25 Novembre 2013