Partager

Le porte-parole de l’institution militaire a en effet annoncé que, dans la nuit du 17 au 18 septembre 2019, une unité spéciale a « localisé et neutralisé de manière définitive » Sylvestre Mudacumura et quelques-uns de ses lieutenants. Ce nom ne vous dit certainement pas grand-chose. Il s’agissait pourtant du principal chef militaire des miliciens hutus des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) qui sévissent depuis de nombreuses années dans la région du Nord-Kivu, aux confins du Rwanda, notamment dans le parc des Virunga où lui et ses hommes vivaient essentiellement de trafics de bois et de braconnage. Autant dire qu’ils se payaient sur la bête, au propre comme au figuré. L’homme faisait même, depuis 2013, l’objet de poursuites de la CPI pour de présumés crimes contre l’humanité. Mais jusque-là, ce gibier de potence avait réussi à échapper aux limiers chargés de le pister. Aujourd’hui la chasse est terminée. Et « de manière définitive », pour reprendre l’expression du général Léon Richard Kasongo, comme si le terme « neutralisé » n’était pas suffisamment clair dans le langage militaire.Mais voilà qu’à peine le chef milicien a été éliminé qu’une polémique naît : les Forces armées de RDC ont-elles effectivement mené l’opération de bout en bout comme des grands ainsi que l’affirme le porte-parole de la Grande Muette…ObservateurPaalga