Partager

La débâcle du Mnla aujourd’hui à Ménaka, vient de démontrer à ceux qui veulent négocier, qu’ils le feront avec un interlocuteur sans aucune crédibilité. Qui ne contrôle rien à part les médias occidentaux ! Et c’est face à cette coquille vide que l’on va négocier l’avenir du Mali ? Allons-nous donner raison à ceux qui pensent qu’il suffit de trahir son pays et que la loi des armes fera la loi ?

Ce n’est pas le Mnla qui a chassé l’armée malienne de Gao, Tombouctou, et Kidal, c’est l’armée qui a reculé à la suite de la rupture de la chaine de commandement résultant du coup d’Etat du 22 mars.
Ce n’est pas le Mnla qui a vaincu le Mali à Tessalit, mais des combattants, surentrainés de la garde de Khaddafi qui ont fait la guerre dans le Tibesti, au Yémen et en Palestine. Ceux-là ne sont plus avec le Mnla et Ançardine qui sont redevenus les coquilles vides qu’elles étaient avant l’arrivée des Libyens.

Les fuyards de Libye sont devenus des lions au Mali, mais le peuple ne doit pas oublier que parmi eux beaucoup sont devenus loyalistes. Nous ne devons pas oublier que des Touaregs et des Arabes sont aussi morts à Aguelhoc (dont le fils d’une militante de l’Adm). Nous ne devons pas oublier que les officiers qui ont tenu le champ d’honneur sont Gamou le lion du désert, un Touareg, Ould Meidou, un Arabe et le vaillant Dakouo.

Mais nous ne devons pas oublier non plus que le Mnla a trahi sa patrie et que Ançardine, Aqmi et Mnla se sont alliés pour plonger le Mali dans le chaos. Ce sont eux les vrais responsables du coup d’Etat, la junte n’en est qu’un substrat.
Alors négocier quoi? Et pourquoi? Démilitarisation du Nord? Intégration dans l’armée? Donner plus d’argent au détriment des autres? Statut particulier dans la République?
Les rebelles ont déjà tout obtenu depuis 1991, avant même que le Mali n’accède à la démocratie. Ils veulent quoi de plus? Ou bien les autres régions qui composent notre nation valent-elles moins?

Que doit-on leur offrir de plus à part le pardon s’ils font amende honorable, reconnaissent l’unité et l’indivisibilité du Mali, déposent les armes et soumettent ceux qui ont commis des exactions à la justice ?
Il faut cette repentance avant tout semblant de dialogue, sinon c’est trop facile. Tu trahis ta patrie, tues tes frères, mets la honte sur ton pays et détruis les fondements de l’État et de la cohésion sociale, et tu reviens un beau jour, comme si de rien n’était, parce que des puissances étrangères demandent que l’on négocie?

Et nos soldats acceptent d’entendre dire que même si on leur donnait des armes, ils ne sont pas aptes au combat? C’est ça le Mali d’aujourd’hui? Ils acceptent de se faire insulter publiquement d’inaptes à la guerre et entretemps se martyrisent entre eux, tantôt bérets, tantôt policiers, tantôt pauvres civils qui osent parler? C’est ça la descendance de Kirina?

Si notre armée n’engage pas le nord, si nos politiques se soumettent à la loi des rebelles, alors – Monè bé an bè faga – nous n’aurons plus le choix que de vivre les prochaines décades dans la honte de la défaite et si l’on s’en sort uniquement par la raison des autres et par la grâce de Dieu, alors nous aurons brisé la fierté qui fait la grandeur de la nation malienne.

Madani TALL

Le Prétoire du 26 Novembre 2012