Partager

Les négociations sur une trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas palestinien reprennent lundi au Caire après un « progrès significatif », au lendemain d’un appel de la vice-présidente américaine Kamala Harris à un « cessez-le-feu immédiat » dans la bande de Gaza menacée de famine.

Entretemps, l’armée israélienne a poursuivi ses bombardements par air et terre sur plusieurs secteurs du territoire palestinien qu’elle assiège depuis près de cinq mois, faisant au moins 100 morts, dont des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du Hamas.

La communauté internationale, y compris les Etats-Unis, principal allié d’Israël, multiplie les appels pour une trêve dans cette guerre déclenchée le 7 octobre par une attaque du Hamas sur le sol israélien qui a entraîné la mort d’au moins 1.160 personnes, la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de données officielles.

En représailles, Israël a juré d’anéantir le Hamas lançant une campagne de bombardements intensifs par terre, air et mer sur Gaza suivis d’une offensive terrestre le 27 octobre, qui ont fait au moins 30.534 morts, en majorité des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du mouvement islamiste.

Face à un lourd bilan humain et une situation humanitaire catastrophique, des représentants d’Egypte, du Qatar et des Etats-Unis -pays médiateurs- ont repris au Caire les négociations en vue d’une trêve, une télévision proche du renseignement égyptien parlant d’un « progrès significatif » dimanche. Une délégation du Hamas se trouve également au Caire.

Les pays médiateurs tentent depuis des semaines d’obtenir un accord de trêve permettant notamment une libération d’otages retenus à Gaza en échange de prisonniers palestiniens.

Environ 250 personnes ont été enlevées lors de l’attaque du 7 octobre. Une trêve fin novembre avait permis la libération de 105 otages en échange de 240 prisonniers palestiniens.

« L’Egypte poursuit ses efforts intenses pour parvenir à une trêve avant le ramadan », un mois de jeûne sacré pour les musulmans qui débutera cette année le 10 ou le 11 mars, a affirmé la chaîne AlQahera News.

« Il n’y a pas d’excuses »!

Considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne, le Hamas exige pour accepter un accord un retour dans le nord de Gaza des déplacés, une augmentation de l’aide humanitaire, un cessez-le-feu définitif et un retrait militaire israélien de Gaza.

Israël, qui ne participe pas aux négociations du Caire, rejette ces conditions, disant vouloir poursuivre ses opérations militaires jusqu’à l’élimination du Hamas qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007. Il exige aussi que le Hamas fournisse une liste des otages encore retenus à Gaza.

Alors que la guerre va bientôt entrer dans son sixième mois, la famine est « quasiment inévitable » selon l’ONU pour 2,2 millions des 2,4 millions d’habitants de ce petit territoire exigu auquel Israël imposait déjà un blocus terrestre aérien et maritime depuis 2007.

Sans compter la destruction de quartiers entiers et le déplacement de 1,7 million de personnes, la plupart entassées dans la ville de Rafah (sud), adossée à la frontière fermée de l’Egypte, et qui craignent une offensive terrestre israélienne annoncée.

« Etant donné l’ampleur des souffrances à Gaza, il doit y avoir un cessez-le-feu immédiat pour au moins les six prochaines semaines, ce qui est actuellement sur la table des négociations », a déclaré dimanche Mme Harris.

Elle a demandé à Israël, qui contrôle l’entrée des aides humanitaires dans le territoire palestinien, à « faire davantage pour augmenter de manière significative le flux d’aide. Il n’y a pas d’excuses (…) Il (Israël) ne doit pas imposer de restrictions inutiles à l’acheminement de l’aide ».

Dans le même temps, « la menace que le Hamas pose au peuple d’Israël doit être éliminée », selon elle.

Lundi à Washington, Benny Gantz, membre du cabinet de guerre israélien de Benjamin Netanyahu doit rencontrer Mme Harris. Il doit aussi s’entretenir avec le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Jake Sullivan et le secrétaire d’Etat Antony Blinken.

Cette visite a été condamnée par d’autres membres du gouvernement israélien qui la jugent subversive.

« Arrêtez ce sang »!

Face aux difficultés d’acheminement par la route, plusieurs pays ont mené des parachutages d’aide sur la bande de Gaza, dont les Etats-Unis.

Ces dernières heures, les bombardements israéliens ont visé surtout Rafah et Khan Younès dans le sud, Jabaliya, Nousseirat dans le centre et la ville de Gaza dans le nord, selon le gouvernement du Hamas et des témoins.

L’armée israélienne a affirmé que ses soldats, avec un appui aérien, cherchaient à encercler la partie ouest de Khan Younès où « se trouvent de nombreuses infrastructures terroristes et où se cachent des terroristes en fuite ».

« Arrêtez ce sang! Arrêtez-le! Pourquoi ce sang? Pourquoi?! Pourquoi nous exterminent-ils?, s’emporte une femme déplacée de Gaza devant une morgue à l’hôpital Najjar de Rafah où des Palestiniens pleurent la mort de leurs proches tués dans un bombardement israélien. « Chaque jour, des bombardements, des bombardements, des bombardements. Il n’y a pas d’endroit sûr. »

A Genève, le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Volker Türk, a dit sa crainte que la guerre à Gaza ne conduise « à une conflagration beaucoup plus large » en citant les échanges de tirs quotidiens à la frontière israélo-libanaise et les attaques des rebelles yéménites houthis contre des navires en mer Rouge et dans le Golfe d’Aden.

Source: AFP