Partager


Après la grève de 72 heures observée la semaine dernière par le Centre national des œuvres universitaires, l’Etat a rencontré les représentants du personnel du Cenou. C’était au ministère des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique sous l’égide du comité de conciliation mis en place auparavant.

C’est un secrétaire général du Snesup-Cenou, M. Abdoulaye Dramé tout souriant qui nous a reçus dans son bureau désormais équipé d’un ordinateur connecté. Un compromis a, en effet, été trouvé avec le département de tutelle, qui a d’ailleurs commencé à s’exécuter cette fois-ci, nous a-t-il dit.

Sur les différents points de doléances, l’Etat a pris des engagements dont les retombées se font ressentir sur le cadre de travail des agents du Cenou. Le volet équipement, particulièrement la dotation des différents départements en matériels de bureau, a vu le consentement « d’efforts », avec notamment l’arrivée des ordinateurs (avec connexion web) et l’installation progressive de l’interphone entre les bureaux.

« J’ai personnellement fait le constat. Tous les matériels des agents ont été amenés. En plus de cela, il a été donné à chaque agent technique la somme de 50. 000 F CFA pour qu’ils se paient deux tenues » , s’est félicité Abdoulaye Dramé.

Quant à la confection des badges, elle est en bonne voie, à en croire M. Dramé, car « 80 % des agents ont été photographiés depuis vendredi ». La dotation de la commission bourse en matériels adéquats est en cours, mais c’est un équipement continuel, a ajouté le secrétaire syndical.

Pour le recyclage du personnel composé entre autres, des médecins, pharmaciens, des juristes…, « une commission interne a été créée et la direction s’est engagée à le débuter dans un bref délai ».

Le « nerf » de la grève, c’est-à-dire la tenue du premier conseil d’administration du service créé en 2001, n’a pas été ignoré au cours des négociations entre les deux parties.

« Lors de la réunion, le ministre Amadou Touré a affirmé que le décret portant nomination des membres du Conseil d’administration du Cenou a été adopté et qu’il reste la signature du président de la République et du Premier ministre. Il a précisé que dans les conditions normales, il faut attendre un mois pour la tenue du conseil », a dit M. Dramé.

Toutes choses, qui, à l’image de l’Assemblée générale de lundi, l’ont poussé à déclarer « qu’à l’heure où nous sommes, il faut le dire en toute franchise, la tension est vraiment apaisée. Les engagements sont entrain d’être tenus ». Cependant, a-t-il insisté, « nous attendons le fameux Conseil d’administration ».

Toutefois, le bureau syndical déplore la « tentative d’intimidation » du directeur général adjoint du Cenou, le Pr. Mamadou Koné, qui, lors de la grève, aurait « menacé de licencier » les chauffeurs des bus du Cenou s’ils ne reprenaient pas le travail.

Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

27 février 2008.