Partager

Dans ses communiqués numéro 5 et numéro 6 signés de son responsable politique, N’Débi, et dont copie nous est parvenue, le Mouvement pour la paix, la justice et la solidarité, Ganda-Izo, dénonce des négociations ténues hors du pays et à l’exclusion de certains, et affirme avoir mis la main sur des véhicules volés.

Au moment où le peuple malien tout entier pleure et honore la mémoire de ses fils tombés sur le champ de l’honneur, le président de la République entame une énième négociation avec les agresseurs du Mali à Alger. Tout comme en 1992 et en 2006, plus de 80 % des populations du nord ignorent tout de ces négociations. Le Mouvement Ganda-Izo, par la voix de son responsable politique dénonce toute tentative de négociation sans la participation active des autres communautés, représentant plus de 80 % des populations vivant au nord du Mali, n’accepte en aucune façon que le destin du Mali soit discuté en dehors du pays, réitère son engagement à œuvrer au retour d’une paix durable à travers sa mission et ses objectifs.

Au cours de l’exécution de la mission régalienne de contrôle de notre frontière avec la République sœur du Niger, les forces du Mouvement Ganda-Izo ont interpellé le dimanche 5 février 2012 au poste de Labbézanga deux (2) véhicules appartenant tous à un M. Hamma Hiya, employé d’un opérateur économique de la place. Après vérification, l’un des véhicules s’est révélé être une 4X4 enlevée à une unité de gendarmerie. L’autre appartiendrait à une Mauritanienne.

Ganda-Izo invite les autorités compétentes à mettre à profil cette action du mouvement pour démanteler de façon définitive et très efficace le réseau d’enlèvement de véhicules et bien d’autres crimes.

A. Kalambry

08 Février 2012