Partager

La résolution 2100 dit clairement que les groupes armés du nord doivent déposer les armes. C’est ce que l’émissaire du Mali Tébilé Dramé a apporté comme message aux représentants du MNLA au Burkina Faso.

Le temps presse, les esprits s’échauffent à Bamako. Les Maliens pour une première fois ont abondé dans le même sens. Il faut que les groupes armés du MNLA rentre dans les rangs de l’Etat laïque et indivisible. Le médiateur de la CEDEAO, le président Blaise Compaoré est attendu sur ce qu’il proposera aux groupes armés. En tout cas Tiébilé Dramé selon nos sources s’est envolé dans la nuit du Dimanche 02 juin pour apporter un message on ne peut plus clair, lequel message qui se définit en quatre points, à savoir :

La résolution 2100 dit clairement que les groupes armés du Nord doivent déposer les armes. « C’est l’objectif de mon action » a-t-il indiqué. En deuxième point, il leur a indiqué que tous les groupes armés doivent se conformer aux résolutions de la CEDEAO, de l’UA et de l’ONU, la résolution 2100 du conseil de sécurité. L’émissaire en point trois, leur a indiqué que sa mission, c’est de restaurer la souveraineté du Mali sur toute l’étendue du territoire national, donc à Kidal. Enfin, il a indiqué que les exactions commises par le MNLA à Kidal sur les populations civiles sont condamnables comme celles perpétrées partout ailleurs contre des civiles. On peut dire que l’émissaire du Mali a donc exprimé clairement et sans détour les aspirations profondes de l’ensemble du peuple Malien. Les agissements récents du MNLA sur les populations civiles et la montée des surenchères démontrent clairement que les groupes armés ont saisi rapidement le sens où iront les négociations. Ceci explique-t-il les actions de provocations de ces groupes armés qui tentent de perturber les négociations en cours en menant des exactions, des arrestations afin de prendre en otage les élections ? C’est du moins ce que l’on peut comprendre. En tous cas si l’on s’en tient à ces messages que va apporter l’émissaire du Mali au médiateur de la CEDEAO, le président Blaise Compaoré. A en croire certaines sources, le médiateur tente de faire raisonner les représentants du MNLA qui pour l’instant par leurs groupes armés sont passés à la phase de déstabilisation.

Fakara FAINKE.

Le Républicain du 4 Mai 2013