Partager

Au cours d’une session extraordinaire, les députés ivoiriens ont voté, en commission, le projet de loi portant « régime spécial en matière d’acquisition » de la nationalité. Cette nouvelle loi permettra aux requérants de bénéficier de la nationalité ivoirienne « par déclaration » en lieu et place de la procédure de naturalisation en vigueur jusque là. Au terme de la loi, les personnes nées en Côte d’Ivoire de parents étrangers et âgées de moins de 21 ans révolus à la date du 20 décembre 1961 sont déclarées « Ivoiriennes ». Cette disposition concerne les résident sur le territoire ivoirien avant 1960 (date de l’indépendance du pays) et leurs enfants nés en Côte d’Ivoire. Enfin, les personnes nées en Côte d’Ivoire entre le 20 décembre 1961 et le 25 janvier 1973 sont considérées également comme « Ivoiriennes ». La loi sur la propriété foncière propose un nouveau délai de dix ans aux occupants pour faire valoir leur droits. La première loi votée en 1998 n’a pas permis d’atteindre les résultats escomptés et a créé une grande anarchie concernant les titres fonciers, selon les législateurs. Ces deux projets de lois seront soumis vendredi à l’adoption de l’ensemble du Parlement en séance plénière. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, avait annoncé en mai qu’il comptait réformer d’ici la fin de l’année la nationalité et la propriété foncière. Ces deux questions sont au cœur de la crise traversée depuis une décennie par la Côte d’Ivoire. AFP