Partager

La cours d’assises de Bamako a condamné Tiè Coulibaly à 4 ans de prison avec sursis. Il est accusé de vol de 2 sacs de sucre au détriment du magasin de l’office des produits alimentaires du Mali (OPAM).

L’inculpé est un commerçant dont les recettes et les bénéfices n’ont pas comblé ses désirs. D’où sa décision de voler une autre boutique pour se refaire des économies.
En reconnaissant l’accusation portée contre lui, Tiè Coulibaly a indiqué qu’il n’avait plus rien dans sa boutique pour s’acheter de nouveaux produits. C’est pourquoi il avait prit l’initiative de voler une charrette et un âne. L’objectif de cette entreprise était d’extraire nuitamment des sacs de sucre et de céréales à la représentation local de l’OPAM.

Sa stratégie était de s’armer d’une barre de fer pour défoncer les portes. Le lendemain au réveil, n’ayant pas vue sa charrette et son âne, le propriétaire se metta à suivre les traces du roue de la charrette. C’est à la porte de la maison de Tiè qu’il découvrit ses biens et fait appel à la police. Les opérations de recherche des limiers permirent de mettre à jour tous les crimes commis par Coulibaly la nuit précédente.

Au commissariat ainsi qu’à la barre l’accusé a reconnu les faits. D’où le réquisitoire du procureur qui explique qu’il s’agissait d’une opération «prémédité » et perpétré « par effraction ».
Pour l’avocat de la défense il a été accusé d’autres vols qu’il n’a pas commis, car toutes les plaintes de vol ont été portées contre lui. Pour avoir reconnu les faits, justes après son arrestation, l’avocat a estimé que son client n’était « pas un voleur professionnel ».

Cheick Larab Diarra

Le 11 Décembre 2013