Partager

A Nara, le Projet de gestion des ressources naturelles et changements climatiques (PGRN-CC) est intervenu dans sept des onze communes avec le financement 133 micro-projets pour plus de 529 millions de F CFA.

Partie du cercle de Banamba, une mission de l’Agence de l’environnement et développement durable (AEDD), accompagnée d’hommes de médias, s’imprègne des réalisations du projet PGRN-CC.

Le PGRN-CC est initié par le gouvernement malien dans la zone sahélienne pour appuyer les populations vulnérables travers plusieurs activités génératrices de revenu. Sur les 14 communes d’intervention du projet, trois se trouvent à Nioro du Sahel dans la région de Kayes, quatre à Banamba et les sept autres à Nara dans la région de Koulikoro.

Malgré la psychose de l’insécurité dans la zone, les structures en charge du Projet s’attèlent à l’exécution correcte de leurs tâches. Selon le préfet Issoufiana Maïga, la zone est classée rouge. Ce qui a fait que les acteurs du développement ne se bousculent plus.

Il a affirmé que des patrouilles sont organisées pour protéger les populations et leurs biens. Le Projet intervient dans les communes de Dabo, Dilly, Fallou, Guiré, Koronga, Niamana et Ouagadou. Il a pu réaliser des activités de développement dans ces communautés.

L’ONG « Stop Sahel », qui assure l’exécution du Projet sur le terrain, avance des chiffres porteurs d’espoir. Selon le chef d’antenne de Nara, Daouda Traoré, le PGRN-CC a déjà financé 133 micro-projets pour plus de 529 millions de F CFA et prépare une autre enveloppe de 280 millions de F CFA pour l’année 2018 dans le cadre des activités génératrices de revenu (AGR). Ces micro-projets sont, entre autres, l’embouche bovine, la poterie, l’aviculture, la pisciculture, la production de henné et le maraîchage.

Basé sur la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique, le PGRN-CC a pu reconvertir 161 charbonniers de la Commune rurale d’Ouagadou dans l’embouche bovine.

Modibo Kéita est bénéficiaire de l’embouche bovine et en témoigne l’importance. Il était employé comme berger avant de bénéficier de l’accompagnement du PGRN-CC qui lui a financé un parc de 15 moutons. Aujourd’hui, il entretient plus de 31 têtes.
Il vend son bétail au moins trois fois par an. Son bénéfice peut aller au-delà  de 500 000 F CFA. Marié et père de six enfants, Modibo Kéita souhaite que le Projet finance d’autres personnes. Il en est de même pour ce groupement de femmes de Boungou dans la Commune rurale d’Ouagadou. Dix d’entre elles se sont regroupées en association pour faire de l’embouche bovine. Selon sa présidente, Kankoun Doucouré, le PGRN-CC est un bon projet duquel elles tirent profit.

Zoumana Coulibaly depuis Nara

L’Indicateur du Renouveau du 27 Octobre 2017