Partager


Les nouveaux maires seront bientôt renvoyés à leurs fonctions pour un mandat de 5 ans. En attendant le jour J, les tractations entre les partis politiques ont déjà commencé pour la conquête des postes de maires. L’Adéma qui avait déjà établi des alliances avec d’autres partis espère conserver les postes qu’elle détenait dans la capitale.

Si tous les anciens maires de Adéma/PASJ des communes de Bamako ont réussi la prouesse de se faire réélire à l’issue des élections communales, un autre pari se dresse devant eux : rempiler à la tête des mairies. Selon certaines sources proches du comité exécutif de l’Adéma/PASJ, le parti est en train d’œuvrer à cette fin, car, estime-t-on, les bilans de ces maires sont satisfaisants à tous points de vue.

Selon cette source, Mme Konté Fatoumata Doumbia, Abdel Kader Sidibé et Adama Sangaré seront reconduits. Arrivée en tête en Commune I avec 11 conseillers sur les 45, l’Adéma devra composer avec le RPM, l’URD, la Codem qui ont chacun 6 conseillers.

La Commune II , qui était dirigée par le MPR, pourrait passer cette fois entre les mains de l’Adéma. L’abeille y a gagné 14 des 37 conseillers. Il peut chercher à s’allier avec l’URD (7) et le Cnid (4) pour prétendre au poste de maire. Le MPR, qui a obtenu 4 conseillers avec en tête Gaoussou Ly (maire sortant), ne peut, avec ce score, prétendre diriger la mairie.

En Commune III, Abdel Kader Sidibé est presque sûr d’être reconduit tout comme Adama Sangaré, le maire sortant du district de Bamako, tête de liste Adéma en Commune III. Les bilans de M. Sidibé tout comme celui de M. Sangaré sont fort appréciés par la population et le parti en particulier. Même si on reproche au maire de Bamako des écarts dans la gestion du foncier et d’équipements marchands, selon notre source, le parti voulait donner l’opportunité à ces deux maires de poursuivre les travaux qu’ils ont déjà entamés.

En Commune III, l’élection de M. Sidibé ne devrait pas poser de problème. En plus du nombre de conseillers (13), une alliance à été établie entre l’Adéma, le RPM et le Cnid. Si cette plateforme venait à être respectée (ce qui sera le cas nous dit-on), nul doute que M. Sidibé sera pour la 3e fois le maire de la Commune III pour un autre mandat de 5 ans.

La Commune IV du district avait pour maire Issa Guido issu du RPM. Le RPM a obtenu 11 conseillers sur les 41 que compte la Commune, battu de trois conseillers par la liste indépendante Moussa Mara. Une coalition avec cette liste indépendante, au détriment des partis politiques permettrait au RPM de briguer le poste de maire. Mais le RPM franchira-t-il ce pas ? Cela n’est pas évident lorsque l’on jette un regard rétrospectif sur les élections législatives passées.

Les partis qui ont toujours revendiqué le fait partisan, ne se laisseront point damer le pion par un indépendant. Mais une coalition de Moussa Mara avec des partis comme l’Adéma et l’URD risque de faire tomber l’ancien maire Issa Guido. Ce qui est sûr, les jeux de l’alliance sont si ouverts en Commune IV qu’il est difficile de savoir qui des partis politiques ou des indépendants va occcuper le fauteuil de maire.

En Commune VI Souleymane Dagnon garde encore sa chance d’être réélu. Son parti l’Adéma/PASJ est arrivé en tête avec 16 conseillers sur 45. Comme dans les autres commune du district, ici la négociation s’impose.

Le premier constat que l’on peut faire, c’est que dans toutes les 6 communes, les protagonistes seront soumis à des négociations et à des alliances. En effet, aucune formation politique n’a eu un nombre suffisant de conseillers pour pouvoir composer à sa guise un bureau municipal. Mais globalement, tous les anciens maires de l’Adéma du district de Bamako ont une chance certaine d’être reconduits.


Denis Koné

04 Mai 2009