Partager

Ce lundi 12 Avril 2021, Musodev en partenariat avec l’Unesco et Onufemmes, ont procédé au lancement de leur application « Zéro VGB » à l’hôtel Radisson Blu. Les objectifs de cette plateforme sont entre autres : informer sur les différents types de violences existantes, faciliter la reconnaissance de ces violences, informer sur les endroits où se rendre en cas de violences, fournir un espace de discussion anonyme entre victimes afin de s’exprimer et dénoncer ces violences, servir d’outils de collecte de données etc. 

Créée en 2018, Musodev qui est l’initiatrice dudit projet, est une association à but non lucratif. Elle a pour but le développement et l’autonomisation des femmes à travers les technologie d’information et de communication. Selon la directrice générale de Musodev, Porcho Maguerite Sogoba, cette application a été mise en place pour sensibiliser, informer et dénoncer les violences basées sur le genre.  Elle a ajouté qu’avec l’application « Zéro VBG », les victimes peuvent dénoncer leurs bourreaux ou encore appeler le numéro vert de la police. Ce qui est encore plus intéressant avec cette application, c’est qu’on peut l’utiliser tout en restant anonyme. « L’application Zéro VBG vise à signaler les cas de tous types de violences dont les femmes et les jeunes filles font preuve et à faciliter leur prise en charge. Les victimes auront la possibilité de faire des alertes via des SMS ou le numéro vert de la police. Les langues sont au nombre de quatre : en plus du Français, les notes en audio sur l’application sont disponibles en Bambara, Soninké et Peulh, dans les jours à venir, il y aura plus de langues. Nous avons déjà 500 utilisateurs actifs, 20 cas d’alertes de VBG et plus 4000 personnes ont été touchées, ce sont des chiffres importants qui marquent un bon début » dit-elle. 

Lors de sa prise de parole Edmond Moukala, le répresentant de l’Unesco au Mali, par la voix de la représentante de L’Onufemmes, a salué l’implication de l’association Musodev et ses collaborateurs dans l’élimination des cas de VBG au Mali. Il a ajouté qu’au Mali, les statistiques démontrent réellement que les femmes subissent des violences. « Au Mali, 45 % des femmes, 15 à 49 ans ont subi des actes de violences physiques ou sexuelles. La moitié des femmes dans les 49 % de 15 à 49 ans, en union ou en rupture d’union ont subi à n’importe quel moment des actes, des violences émotionnelles, physiques ou sexuelles. Parmi les femmes qui ont subi des violences sexuelles ou physiques, 3 % ont été blessées, au cours des douze derniers mois, ce pourcentage a atteint 41 %. Et 68 % parmi ces femmes n’ont jamais cherché d’aide et elles ont préféré garder le silence. 73 % des filles, de 0 à 14 ans, sont excisées. 18 % des femmes de 25 ans à 45 ans sont en union avant d’atteindre l’âge de 15 ans.  C’est la raison pour laquelle l’Onufemmes s’est portée garante de soutenir les initiatives visant à aider les femmes notamment Musodev » a-t-il déclaré. 

En plus de la lutte contre les VBG, cette application « Zéro VBG » est aussi dotée des messages de sensibilisation et de prévention contre la pandémie à Coronavirus, la situation que vit le pays, l’oblige. 

Adama Sanogo

@Afribone