Partager

Pour la dédicace de son… 16ème album intitulé “Nankan“ Mâh Kouyaté n° 2, installée depuis quelques années au Burnina Faso, a voulu revenir à la source. L’information a été donnée hier mercredi 23 Avril 2008, au siège de “Kouyaté Production“ à Faladié, au cours d’un point de presse animé par l’artiste elle-même, accompagnée de son époux, M. Aly Konaté, et son frère Sékouba Kouyaté.

Issue d’une famille de griots, Mâh Kouyaté n° 2 ne cesse, depuis un certain temps, d’étonner les Maliens et ses fans, avec sa voix envoûtante et son style musical typiquement malinké. C’est pourquoi, de la sortie de son premier album (en 1996) à nos jours, la griotte mandingue a su effectuer une belle carrière.

De 1996 à 2008, elle compte 16 albums à son actif, dont “Diarabi” sorti en 1996 ; “Sumu”, volumes I et II sortis en 2001 ; “Can 2002“ et “Moussolu“ sortis en 2002 ; “Badenya“, volumes I et II sortis en 2003.
En 2004 paraissent les albums “Tariba“ et “Nankoumadjan“, volumes I et II. En 2005, l’album “Sumu“, volumes I et II, sont sur le marché. Et en 2006, un de ses titres-phares, “Masselala“, et en 2008, “Nankan“.

Selon la conférencière Mah Kouyaé N°2 l’album dont la dédicace aura lieu le vendredi prochain contient dix titres abordant des thèmes sociaux comme l’éloge, la gloire, la morale, la vie en famille, dans la communauté…

Quant à son frère Sékouba Kouyaté, en sa qualité de griot par naissance et de musicien par vocation, il a remercié la presse malienne pour avoir soutenu sa soeur depuis ces débuts. A l’en croire, ce prochain concert dédicace sera, pour Mâh et toute sa famille, le prélude d’une collaboration artistique fondée sur un esprit d’échange et de solidarité culturels. Car, à ses dires, une brochette d’artistes accompagnera Mâh Kouyaté.

Répondant à la question relative au choix du mot “Nankan” pour baptiser son 16ème albums, Mâh a noté que ce choix n’est par fortuit quand on sait qu’ici-bas, chaque personne est commandée par son destin. “Chacun est guidé par son destin. C’est pourquoi on dit que lorsque le destin te tend la main, il n’y a rien de mal, il faut le suivre, et pour ton bien”, a sentencieusement déclaré l’artiste.

Concernant la question relative à l’ouverture d’un orphelinat, la conférencière a répondu que c’est un des projets qui lui tient à coeur, vu le nombre pléthorique d’enfants vivant dans les rues et à travers le pays.

En tant mère et femme à la fois, je veux bien aider ces enfants qui sont l’avenir de ce pays. L’engagement que je viens de faire sera exprimé, si Dieu le veut”, a promis Mah Kouyaté N° 2. Au cours de ce point de presse, elle a également évoqué des projets de voyage à travers le monde.

Pourquoi l’autoproduction ?

Pour Mâh Kouyaté N° 2, c’est pour mieux être au coeur de son métier et aussi, pour se passer des énormes contraintes que subissent les artistes sur le plan de la production d’album.
Ainsi, son frère Sékouba Kouyaté a noté que plus de 16 millions de FCFA ont été nécessaires pour produire l’album “Nankan”. A l’en croire, 100 000 exemplaires sont sur le marché discographique, dont 500 000 albums sortis au niveau du Mali, et 500 0000 au Burkina Faso.

Signalons que l’époux de Mâh Kouyaté N°2 est un Malien résidant au Burkina Faso, plus particulièrement à Bobo-Dioulasso. Il répond au nom de Aly Konaté et ressortissant de la 4e région, plus précisément de Bouadié, à 160 km de Ségou.

Mariétou KONATE

24 avril 2008.