Partager

Le célèbre musicien malien a annulé à la dernière minute son concert au Festival de musique sacrée de Jérusalem. Il affirme avoir subi des « menaces » de BDS, un groupe propalestinien prônant le boycott d’Israël.

jpg_une-2057.jpgAttendu le vendredi 23 août à Jérusalem pour le concert de clôture du festival de musique sacrée, Salif Keita a rebroussé chemin quelques heures avant de monter dans l’avion. « Salif m’a appelé la veille de son départ vers 1 heure du matin, confie un de ses proches à Jeune Afrique. Il m’a dit qu’il subissait une grosse pression et des menaces d’un groupe propalestinien et a préféré annuler sa prestation ».

Le lendemain, jeudi 22 août, Salif Keita et Coumba Mukalo, son agent et épouse, publient un communiqué sur la page Facebook du chanteur. Ils y dénoncent des « menaces, tentatives de chantage, intimidation et harcèlement sur les réseaux sociaux » de la part de membres du groupe BDS (boycott, désinvestissement, sanctions). Ce mouvement propalestinien, créé au milieu des années 2000, milite pour le boycott politique, économique et culturel de l’État hébreu. Selon l’équipe de Salif Keïta, le BDS menaçait d’étendre sa campagne de dénigrement de l’artiste et de « ruiner sa réputation » si celui-ci se produisait au festival de musique sacrée de Jérusalem.

Sur son site français, le mouvement BDS s’est rapidement félicité du fait que Salif Keita ne se déplace pas en Israël. Il a aussi publié « Une réponse au communiqué de la fondation Salif Keita ». Dans ce texte, le groupe propalestinien confirme que des « milliers de personnes qui se reconnaissent dans la campagne BDS ont interpellé Salif Keita (…) afin qu’il ne se produise pas dans Jérusalem occupée ». Il indique également que parler de « courriers menaçants », de « chantage » ou d’ »intimidation » est un « mensonge éhonté ».

___

Benjamin Roger

Jeuneafrique.com, le 26 Août 2013 à 16h:21