Partager

Sous l’égide de l’Isesco et de l’Unesco en collaboration avec la Commission malienne pour l’Unesco, des professionnels de musée de 12 pays d’Afrique de l’Ouest et du Maghreb sont en conclave au Musée national.

Lundi, le secrétaire général du ministère de la Culture a présidé l’ouverture d’une réunion de trois jours au cours de laquelle des muséologues devront échanger sur l’utilisation de l’outil informatique dans la protection et la valorisation des objets de musée.

Il s’agira également, pour eux, de contribuer à la production d’un guide sur la gestion des musées qui mettra l’accent sur les aspects liés à l’inventaire des biens culturels mobiliers avec l’introduction de « l’objet ID ».

Deux experts, Mme Chedlia Annabi, présidente d’Africom, et Samuel Sidibé, directeur du Musée national du Mali, ont été sollicités pour faciliter les échanges d’expériences et les débats entre les professionnels de musée.

Les musées occupent une place prépondérante dans la sauvegarde et la promotion de nos cultures, les technologies de l’information et de la communication jouent aujourd’hui un rôle dans la mise en valeur des collections des musées.

La nécessité pour les musées de disposer d’une documentation informatisée apparaît d’une manière de plus en plus incontournable.

L’Isesco, selon son directeur de la culture et de la communication, souhaite que la rencontre soit une étape décisive pour un consensus sur les normes de documentation et de gestion, ainsi que sur l’adoption d’un logiciel pouvant répondre aux attentes des musées africains.

Outre le renforcement des capacités dans la protection et la mise en valeur des collections à l’aide de l’outil informatique, les stagiaires se pencheront sur la question de sauvegarde des manuscrits islamiques.

L’Isesco met en exergue la nécessité de considérer désormais les manuscrits comme des objets de musées. Elle est guidée dans cette orientation, aux dires de M. Ndiaye, par le fait que le savoir contenu dans les documents est toujours privilégié par rapport au support matériel des manuscrits.

Le secrétaire général du département de la Culture, Alhady Koïta, et la secrétaire générale de la Commission malienne pour l’Unesco, Aminata Sall se sont félicités de la rencontre, qui permettra, ont-ils espéré, d’améliorer et d’approfondir les connaissances.

Amadou Sidibé

27 juin 2006.