Partager


A quelques mois des communales, les différents partis politiques affûtent leurs armes pour se positionner. Déjà, des tractations et des consultations sont en cours et les éventuels candidats multiplient les rencontres au niveau des quartiers.

Selon nos informations, la bataille sera rude en commune VI. Beaucoup de prétendants se voient déjà dans le fauteuil du maire de la commune. Avant même qu’ils soient élus. C’est ce qu’on appelle : «faire le lit avant l’arrivée de la nouvelle mariée».

En tout cas, les différentes forces en présence se préparent à affronter les communales et comptent remporter le gros lot.
Faut il souligner que le parti Adema PASJ est une force en commune VI. C’est ce parti qui occupe le poste de maire. Et l’Adema ne compte pas perdre cette place.

Déjà, il est sur pied de guerre pour maintenir le cap, malgré la gestion décriée du maire M. Souleymane Dagnon. Cet état de fait ne doit pas occulter certaines réalisations comme la viabilisation de Senou, la construction des magasins dans certains quartiers (Magnambougou, Banangabougou). Celles ci peuvent inciter des électeurs à voter encore Adema.

Selon les mêmes informations Me Demba Traoré nourrit l’ambition d’être maire de la commune VI sous les couleurs du parti URD. Cela sera l’occasion pour lui de prouver à l’URD qu’il pèse lourd dans sa commune. Mais la tâche ne sera pas facile pour lui. Quand on sait qu’il sera face à l’Adema et à son ex parti, le CNID qui n’a pas sûrement apprécié ses attitudes lors des législatives passées. Le parti CNID va-t-il faire alliance avec d’autres formations politiques pour barrer la route à Me Demba ?

En tout cas, il ne sera pas étonnant de voir le parti CNID montré par «a+b» que Me Demba n’est rien sans le CNID.

Le rêve de Me Demba sera-t-il une réalité ?
Rappelons que Me Demba s’est investi dans le développement de la commune à travers des activités culturelles et sportives. Par ces actions, il est apprécié par les jeunes de sa commune. Seuls les résultats des communales peuvent nous éclairer la lanterne.

Il faut souligner que le PCR n’a pas dit son dernier mot. Et ces communales sont une occasion pour ce parti de prouver une fois de plus qu’il est jeune mais politiquement mûr. Selon les responsables du PCR, le parti compte présenter ses candidats partout où il a des structures.

Faut- il souligner aussi les candidatures indépendantes qui peuvent fausser le jeu. Quand on sait que les élections sont des élections de proximité. Dans ces conditions, la personnalité des candidats et leurs relations comptent beaucoup. Ce qui veut dire que la bataille s’annonce dure. Donc, les différents candidats doivent d’abord travailler à se faire élire avant de songer au poste de maire principal de la commune, car pour être maire il faut d’abord être conseiller municipal.


A bon entendeur salut !

Y. COULIBALY

25 Aout 2008