Partager

Plus de 6 millions d’Ivoiriens sont appelés à voter samedi à des élections municipales et régionales dont le principal enjeu sera de mesurer les forces en présence et notamment les membres de l’ex-coalition au pouvoir, avant la présidentielle de 2020.
« Chacun va se compter, savoir qui est avec qui et qui fait quoi, avant les élections présidentielles de 2020 », explique à l’AFP le politologue ivoirien Jean Alabro. Principalement composée du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié et du parti du président Alassane Ouattara, le Rassemblement des républicains (RDR), la coalition au pouvoir, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a explosé. Le PDCI a refusé de s’y maintenir, estimant que le parti de Ouattara tentait de l’absorber pour pouvoir présenter son candidat à la présidentielle. Le PDCI, qui a soutenu Ouattara en 2010 et 2015, entendait que le RDR lui rende la pareille en 2020 en soutenant un candidat PDCI.22.000 candidats ont battu campagne pendant deux semaines pour un scrutin qui doit aboutir à l’élection de 197 maires et 31 présidents de conseils régionaux. Parmi les candidatures originales: l’ancien footballeur international Bonaventure Kalou se lance dans l’arène politique dans sa ville de Vavoua (5000.00 habitants) alors que le présentateur-producteur vedette de télévision John Chahin Sobo se présente à Akoupé. « Dans l’ensemble du territoire la campagne s’est relativement bien déroulée, malgré des tensions », selon un bilan du ministre de l’Intérieur Sidiki Diakité mercredi. Une personne a été tuée pendant la campagne lors d' »un affrontement entre les partisans de deux candidats » à Bediala (ouest). AFP