Partager

Parti de rien pour finalement s’octroyer 4 conseillers sur 45, la section VI CNID du District a fait mieux que le trio UDD-URD-RPM, et à quelques proportions près, le MPR et l’ADEMA-PASJ. En effet, les amis de Me Mountaga Tall en Commune VI ont été la grande révélation de ces municipales du 26 Avril 2009, car non seulement rien ne semblait prédestiner le parti du “Soleil levant” à une telle prouesse électorale, mais personne n’aurait osé parier sur ce score que vient de réaliser le CNID dans cette Commune.

En fait, les CNIDiens étaient les seuls à croire en leur force et leur percée électorale, surtout convaincus que celui qui, aux yeux de maints militants CNID, était considéré comme la “mauvaise graine” du parti et qui aurait occasionné sa déconfiture électorale lors des communales de 2004, a été extirpé de leurs rangs : en l’occurrence, Me Demba Traoré.

En effet, on se rappelle que lors des échéances municipales de 2004, malgré la présence d’un député dans ses rangs, à savoir Me Demba Traoré, la section VI CNID avait été incapable de se faire élire un seul conseiller communal. Après des réflexions, cogitations et analyses et remises en cause pour situer les responsabilités et les raisons de cet échec électoral, il avait été clairement établi, à l’époque, que c’est le député même en question qui avait combattu… la liste CNID (son parti) au profit d’une liste indépendante.

Le comble qui, selon des responsables du parti, frisait la trahison, c’est que Me Demba Traoré, qui confondait sûrement le mandat du député en l’assimilant à …une place éternelle, ne s’en était même pas caché. Pire, il ira jusqu’à déclarer qu’il était libre de soutenir n’importe quelle liste, dans la mesure où le CNID-FYT n’a été en rien artisan de sa victoire lors des législatives de 2002. Mais alors, et les artisans de cette victoire?…

Mais pour le jeune député de l’époque, il n’y avait aucune confusion possible à faire concernant les artisans de sa victoire électorale : c’était les jeunes de ses clubs de soutien, les femmes de la CAFO en Commune VI et d’autres associations de la place qui l’avaient élu, soutenait mordicus Me Demba Traoré. Pourtant, c’est ce dépaysement, ou du moins cette déviation du jeune avocat député qui allait finalement entraîner sa propre perte politique, au moment de la constitution des listes de candidature pour les législatives de 2007.

En effet, ses camarades du CNID l’attendaient fermement “au tournant” (comme on dit) pour l’envoyer paître auprès de ceux-là mêmes qu’il prétendait avoir été “les artisans de sa victoire en 2002” : à savoir, les jeunes de ses clubs de soutien et les femmes de la CAFO. La suite est connue : on préfèrera Aïcha Wafi au détriment du député sortant Me Demba Traoré.

Non content de ce revers de la fortune, voire de ce revirement de situation, Me Demba claquera avec fracas la porte du parti du “Soleil levant” pour se retrouver sur la liste URD, mais non sans se donner la joie (soit par revanche, soit par vengeance) de tirer à boulets rouges sur ses anciens camarades du CNID, allant jusqu’à s’en prendre personnellemnet à Me Mountaga Tall, qu’il traiera, à l’époque, de tous les noms d’oiseaux.

Heureusement donc pour le Président du CNID et ses amis de la Commune VI, car les urnes viennent de prouver qu’ils avaient raison et que, par conséquent, ils n’ont rien à se reprocher quant à ce que bien des observateurs ont qualifié de “turpitudes politiques“ de Me Demba Traoré.

Les 4 conseillers sur 45 obtenus par le parti du “Soleil Levant” en Commune VI viennent donc rétablir la vérité, d’une part entre Me Mountaga Tall et Me Demba Traoré, et d’autre part, entre ce dernier et les responsables de la section VI CNID du District. Comme quoi, “le mensonge a beau courir des milliers de kilomètres, la vérité finira toujours par le rattraper et même le semer en quelques enjambées”.

Cela est d’autant plus vrai que Me Demba Traoré, même en tant que tête de liste, n’a rien rapporté à l’URD, désormais tenue et obligée de se contenter de ses 7 conseillers, comme c’était le cas dans le mandat finissant. Par contre, son absence au CNID aura permis à ce parti de souffler un peu mieux en s’adjugeant 4 conseillers. Un bon coup électoral donc pour les amis de Me Mountaga Tall, au grand dam de Me Demba Traoré.

Le sort de ce dernier doit inspirer tous les hommes politiques pressés de gravir les échelons et assoiffés de gloire, de pouvoir ou de notoriété. Car, en fait, autant tout doit s’apprendre au préalable, surtout en politique, autant il serait illusoire, pour celui qui veut faire carrière en politique, de vouloir envisager l’avenir sans le peuple (dont les militants et les électeurs…). Ce peuple qui n’est pas à confondre avec la populace des laudateurs et autres opportunistes de la politique.


Adama S. DIALLO

06 Mai 2009