Partager

Espérant inverser in extremis la tendance, l’ex candidat à sa propre succession, Mamadou Tangara, devra attendre les municipales de 2022 pour pouvoir briguer la mairie de Sikasso sous les couleurs du Rassemblement pour le Mali, parti présidentiel. Ses tractations de faire valider sa liste parallèle de candidature par le Bureau politique national Rpm ont été vouées à l’échec au grand dam de ses 44 autres colistiers qui ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes.

Refusant toute liste consensuelle sans lui, le maire sortant de Sikasso, Mamadou Tangara, candidat aux primaires Rpm à Sikasso, a embarqué avec lui des dizaines de militants dans une aventure de liste parallèle. Ils y ont ensemble travaillé jusqu’à hier jeudi, date limite de dépôt de candidature. Mais sans succès. Déjà mercredi, beaucoup de ses colistiers commençaient à douter après qu’ils aient constaté que Tangara avait échoué de faire venir à Sikasso une délégation du Bureau politique national pour valider leur liste. Un dispositif d’accueil a même été mis en pour recevoir les supposés mandataires du BPN.

Après une longue journée d’attente, l’alliance Tangara et Co. se fissure et les partisans du maire sortant lui tournent rapidement dos en cherchant des possibilités d’intégrer la liste officielle de candidature. Ce qui était devenu impossible car le délai de dépôt des candidatures étant arrivé à terme à minuit. Et les compagnons d’infortunes de Tangara cherchent à faire porter le chapeau de leur échec au secrétaire général de la section, Ousmane Koné à qui il reproche d’avoir délocalisé la réunion d’investiture à l’hôtel le Cinquantenaire. La section RPM de Sikasso balaie d’un revers de mains cette accusation en rappelant que la liste officielle du parti était restée ouverte au quartier général d’investiture du parti délocalisé à l’occasion à l’hôtel le Cinquantenaire, le siège du parti ayant été envahi par les éléments incontrôlés de Tangara.

« Tangara et ses ex colistiers sont victimes de leur propre turpitude car ils ont contredit le choix officiel du parti en espérant faire adopter au forceps leur liste. N’ayant pas réussi ce coup de force qui ne dit pas son nom, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes » nous a expliqué au téléphone un leader du parti d’IBK à Sikasso.

Sa désillusion est saluée par toutes les sensibilités socioprofessionnelles de Sikasso très déçues par insuffisance de résultats et ses démêlées judicaires. Eu égard à toutes ces réalités de terrain, le parti présidentiel a préféré investir Daouda Koné dit Davion pour conduire l’alliance du Rpm et de la Codem à la conquête de la mairie de la capitale du Kénédougou.
Conscient de ses problèmes à venir, Tangara refuse de s’éloigner du parti présidentiel. » Je ne partirai jamais en indépendant. Si les militants du RPM décident de choisir quelqu’un d’autre comme candidat, je soutiendrai ce choix », a-t-il déclaré mercredi dernier à un journaliste.

Une sage décision ou un barreau d’honneur d’un homme politique versatile en perte de vitesse ?

Bréhima Sogoba

L’Indicateur du Renouveau du 07 Octobre 2016