Partager

Les responsables de la Force patriotique de résistance (FPR) étaient devant la presse le mercredi 5 juin 2013, pour animer une conférence de presse dans la salle d’expression démocratique de la radio Kayira. Pour le compte du FPR, la conférence a été animée par Ibrahima Ouattara, Commandant de la Base du Front pour la libération du Nord (FLN) à Sévaré. Il avait à ses cotés, le Commandant Moussa Traoré, Directeur du centre d’instruction de la Base FNL et le sergent chef Alassane Ouattara, Chef PM du FLN. L’objectif de cette conférence de presse était d’éclairer la lanterne de l’opinion nationale et internationale sur la création de la FPR qui regroupe, selon eux, le Ganda Izo, le Ganda Koye et le FLN, et qui compte aujourd’hui 7 800 combattants.

Selon le conférencier, Ibrahima Ouattara, la FPR est une coordination des Mouvements d’autodéfense qui s’étaient implantés à Sévaré pour avec la ferme volonté de jouer pleinement leur rôle dal libération des territoires au nord de notre pays. Il dira que la FPR est composée de : Ganda koye, le Ganda Iso et le FLN. « Depuis février 2012, le mouvement est en place et les jeunes ont été bien formés dans le maniements des armes, au cours de formations qui ont été appuyées par des éléments de l’armée malienne. Mais avec l’arrivé de la force serval et de la Misma, nous avons assisté à un délaissement progressif des mouvements. Ce n’est pas par manque d’emplois que les jeunes ont rejoint les mouvements pour se former, mais c’était par patriotisme car ils ont estimé que la population nord du Mali a beaucoup souffert», a-t-il dit.

Moussa Traoré d’ajouter que ce n’est pas à la dernière minute, qu’on va prendre la lourde responsabilité de se débarrasser de 7 800 personnes formées à la maîtrise des armes. « Nous ne sommes pas disperser. Nous respectons seulement l’État. Même tout récemment nous avons fait un meeting à Gao. Il y’a un danger sérieux qui plane car la priorité d’aujourd’hui n’est pas les élections mais d’intégrer les jeunes du Fpr pour pouvoir sécuriser le territoire. Il n’y’a pas de politique dans le mouvement », a-t-il dit. Avant d’ajouter que l’objectif de cette conférence de presse est d’éclairer la lanterne de l’opinion nationale et internationale à travers les médias sur l’existence de leur milice et de faire en sorte que le mouvement de 7 800 personnes puisse intégrer l’armée malienne. Selon Moussa Traoré, la milice a été sous le feu dans les premières heures de l’attaque de Konna et dont les éléments ont été les premiers espions de l’armée malienne.

« Notre but est d’appuyer l’armée malienne et non de l’affronter. L’insertion peut être fait aussi bien que dans l’armée que socialement car il y’a des détenteurs de doctorat au sein des mouvements d’autodéfense», a-t-il rappelé. En outre, il a signalé que le mouvement recevait des instructions de la part de l’armée malienne et de poursuivre que c’est l’armée malienne qui les formait, soignait et même leur donnait à manger. « Nous sommes plus patriotes que le MNLA. Il faut que le gouvernement face très attention à ces jeunes. Le gouvernement ne peut pas nous abandonner comme çà », a conclu Chef PM du FLN, sergent chef Alassane Ouattara.

Aguibou Sogodogo

Source: Lerepublicain du 7 Juin 2013