Partager

Dans une lettre déposée à notre rédaction, le Mouvement Vert Jaune Rouge exprime sa profonde gratitude à Monsieur François Hollande, Président de la République Française et Madame Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine, pour leur engagement sans faille pour la libé
ration des régions nord du Mali. Dans la même lettre, le Mouvement a dénoncé la négociation entamée par Blaise Compaoré avec des éléments du MNLA et d’Ançar Eddine.

«Depuis la nuit des temps, la reconnaissance est une valeur morale largement partagée par les populations maliennes. Conformément à cette valeur ancestrale, le Mouvement Vert Jaune Rouge, de façon solennelle, exprime sa profonde gratitude à Monsieur François Hollande, Président de la République Française et Madame Nkosazana Dlamini-Zuma, Présidente de la Commission de l’Union Africaine, pour leur engagement sans faille pour la libération des régions nord du Mali ».

C’est par ces propos sans équivoque que sous la plume de son Président, Baba Diakité, le Mouvement Vert Jaune Rouge a décidé de rendre hommage à ces deux personnalités politiques de haut niveau car « dès leur prise de fonction, elles n’ont ménagé aucun effort pour la résolution de la crise au nord du Mali ». Mieux, le Mouvement a estimé : « Si aujourd’hui, les Maliens perçoivent une lueur d’espoir dans la libération des régions occupées au nord de leur pays par des terroristes liés à Al Qaeda, c’est grâce aux actions volontaristes de ces deux personnalités ».

Et pour soutenir leurs initiatives qui vont sûrement aider notre pays à se débarrasser définitivement d’AQMI et de ses alliés, « le Mouvement Vert Jaune Rouge invite les acteurs politiques maliens à regarder dans la même direction ». Par ailleurs, après huit mois d’occupation des 2/3 du Mali, « le Mouvement Vert Jaune Rouge regrette de constater que la classe politique malienne est toujours divisée et peine à s’unir autour de l’essentiel : Le Mali notre mère patrie ». Et, face à la grave menace qui pèse sur l’intégrité territoriale de notre pays et sur la laïcité de la République, « le Mouvement Vert Jaune Rouge lance une invitation à tous les acteurs politiques maliens pour une union sacrée au chevet du Mali qui nous a tout donné ».

Après avoir lancé un appel à l’union sacrée des maliens afin « de bénéficier d’un appui conséquent des pays amis du Mali pour une libération rapide de Tombouctou, Gao, Kidal et une partie de la région de Mopti », le Mouvement Vert Jaune Rouge a décidé en toute responsabilité de dénoncer la médiation du Président Blaise Compaoré. Selon lui, « Non satisfait d’avoir hébergé les bandits armés qui ont agressé le Mali, le Président du Faso, dans un dynamisme diplomatique de dernière minute, tente de remettre en scelle le MNLA et Ançar Eddine, dans des négociations, qui à notre sens, n’ont que pour objectif de s’abotter la cohésion retrouvée de la communauté internationale pour une intervention militaire libératrice des régions nord de notre pays ».

En se positionnant comme « le porte voix de millions de Maliens qui s’interrogent sur les réelles intentions du Président du Faso », le Mouvement Vert Jaune Rouge se pose un certain nombre de questions : Que veut M. Blaise Compaoré ?

En déclarant que les revendications du MNLA sont légitimes, la médiation Burkinabé ne s’est-elle pas disqualifiée ? Il a néanmoins estimé qu’en plus de s’efforcer pour convaincre que « le MNLA et Ançar Eddine sont différents du MUJAO et de AQMI, la médiation burkinabé semble naviguer à contre courant de la CEDEAO, de l’Union africaine et de l’ONU ». Et c’est convaincu qu’il n’y a aucune différence entre le MNLA, Ançar Eddine, MUJAO et AQMI que « le Mouvement Vert Jaune Rouge, réaffirme qu’aucune négociation n’est possible avec des groupes terroristes qui ont des revendications maximalistes : la mise en cause des principes de l’indivisibilité du territoire national et la laïcité de la République ».

Et pour conclure, il a proposé : « Comme un cancer qui menace le corps humain, le MNLA et ses acolytes djihadistes menacent la paix et la sécurité mondiale. Par conséquent, seules des frappes chirurgicales bien ciblées pourront mettre l’humanité à l’abri des agissements de ses illuminés ».

Assane Koné

06 Novembre 2012