Partager

Le 16 septembre 2012, Ansar Eddine a rejoint le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) dans «l’ignominie et la barbarie» par l’amputation de la main d’un jeune à Tombouctou. Naturellement, le gouvernement a condamné la «pratique qui, selon lui, foule aux pieds les droits humains les plus élémentaires».

Il faut dire que la lune de miel entre les islamistes dans le nord du Mali et la population après l’évacuation du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) n’aura été que de courte durée. Au centre de la discorde, les multiples exactions des groupes salafistes subies par la population au nom de la loi islamique. Comme «essaie» de la pratique, un couple non marié a été fouetté de cent coups chacun à Tombouctou en juin, un second lapidé à Aguel Hok et un jeune amputé de la main à Ansongo en juillet.

Les populations qui assistaient à ces scènes se lasseront finalement de l’horreur en manifestant leur indignation. En août, des jeunes ont empêché l’amputation de la main d’un des leurs à Gao. Les islamistes qui avaient indiqué n’avoir nullement abandonné leur idée sont revenus à la charge en sectionnant, le 10 septembre, cinq présumés bandits d’une main et d’un pied dans la citée des Askia. Selon des sources à Gao, cette énième étape s’apparente à une réplique des islamistes face à la fusillade des 16 prédicateurs maliens et mauritaniens de la confrérie musulmane, la Dawa. S’il n’est établi aucun lien entre les islamistes et ces prédicateurs, il reste avéré que des membres des groupes armés du nord du Mali faisaient partie de ladite confrérie.

Selon plusieurs sources, une trentaine de personnes, accusés de vols, d’adultère, de trahison, etc., croupissent dans des prisons à Gao en attente d’une sentence de la part des islamistes. «Dans les circonstances actuelles au nord, il faut s’attendre au pire», s’inquiète-t-on du sort de ces détenus, les mouvements armés sévissant au nord n’étant que des voiles pour les opérations du groupe terroriste Al Qaeda au Maghreb Islamique (Aqmi).

Seydou Coulibaly

19 Septembre 2012

©AFRIBONE