Partager


Les moustiquaires imprégnées d’insecticide destinées à la population malienne seraient confisquées et vendues par des responsables de la santé.
L’hivernage est la période propice à la multiplication des cas de paludisme, due à la prolifération des moustiques. Les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans en souffrent beaucoup.


Pour atténuer les impacts négatifs du paludisme, des partenaires techniques et financiers (PTF), à travers le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) ne cessent de faire de gestes forts pour les communautés par la mise à disposition de médicament (CTA), la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées…, l’objectif étant de réduire le taux de mortalité des enfants de 0 à 5ans.

Au Mali, la gratuité des moustiquaires imprégnées pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans découle précisément de la volonté des autorités, car le paludisme est la première cause de morbidité et de mortalité.

Selon le système local d’information sanitaire de 2005 du ministère de la Santé, il est aujourd’hui établi que les femmes enceintes courent 4 fois plus de risque de souffrir de complications du paludisme que celles qui ne sont pas enceintes. C’est pourquoi la stratégie de distribution gratuite des moustiquaires imprégnées au sein des structures publiques de santé du niveau périphérique a été initiée par le PNLP pour faire reculer cette maladie.

Malgré les efforts déployés par l’Etat et ses partenaires, force est de constater qu’aujourd’hui des individus mal intentionnés et mus par l’appât du gain facile, n’ont trouvé mieux que de voler ou vendre ces moustiquaires à prix d’or aux populations à qui elles devaient être données gratuitement.

Vendues à 3000 F CFA au noir

Apparemment, la distribution gratuite ne se fait qu’à moitié, le reste serait confisqué et vendu. Tant et si bien que nombreuses sont les femmes en état de grossesse sans moustiquaire. Or, la femme enceinte doit bénéficier d’une moustiquaire imprégnée dès sa première consultation prénatale.

Selon une source qui a requis l’anonymat, « c’est par carence et à par pur matérialisme des responsables de la santé que ces moustiquaires sont vendues à 3000 F CFA à des gens vulnérables et démunis. Tout ce que je sais, c’est que les 80 % de la population sont corrompues à commencer par les décideurs. Cette corruption serait de plus en plus ancrée dans nos mœurs ».

Il faut dire que la corruption qui gangrène l’économie malienne depuis des années a connu un coup d’accélérateur au cours des trois dernières années et elle est plus fréquente aujourd’hui dans le domaine de la santé.

L’objectif de la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées d’insecticide est d’assurer la couverture d’au moins 80 % des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans.

Normalement, la distribution dans les structures sanitaires se fait avec l’implication de plusieurs partenaires. Lorsqu’une femme se présente à la pharmacie avec sa fiche personnelle qui inclut la mention moustiquaire imprégnée d’insecticide (MII), elle doit, sans délai, être servie.

C’est ce que dit le règlement, mais la réalité est malheureusement autre dans ce pays qui est en passe de battre tous les records de mal gouvernance.


Assitan Haïdara

(stagiaire)

18 Juillet 2008