Partager

Repris de justice, plusieurs fois récidiviste, Moussa Maïga dit Ntoma, à peine sorti de prison, a, une fois de plus, été appréhendé par la police du dixième arrondissement. Avec la complicité de Moussa Diallo dit Moïse, un autre vagabond de Niamakoro, Ntoma a, en un tour de main, volé une moto, un téléphone portable et une tasse de couscous appartenant à un étudiant de la Flash.

Aux environs de 20 heures, dans la nuit du 27 février, à cause de sa naïveté, Siaka Diallo, un étudiant de la Flash a été victime d’un vol spectaculaire en commune VI. Alors qu’il était sur une moto Jakarta, en route sur l’hôpital Gabriel Touré où il devait apporter la nourriture à un malade, il fut hélé par un jeune homme. Il commit l’imprudence de s’arrêter.

C’était non loin du marché de Banankabougou. L’individu, qui avait l’air perdu, se présenta à lui comme étant, Moussa, un talibé du grand marabout de Djenné. Celui-ci lui demanda s’il était au courant d’un accident qui venait juste d’avoir lieu. Avant de lui confier que la victime était un parent à lui. L’étudiant, vraiment navré de ne pouvoir lui venir en aide lui dit qu’il n’avait aucune idée de cet accident. Ils étaient encore là quand un autre individu s’intéressa à leur causerie avant de prétendre conduire le fils du marabout à son parent.

En guise de reconnaissance, Moussa attira l’étudiant un peu à l’écart, déploya sa natte de prière et l’invita à se débarrasser de tout ce qu’il avait dans ses poches, y compris son téléphone portable. Sans même réfléchir, Siaka Diallo s’exécuta, il se déchaussa et vint rejoindre le faux talibé sur la natte de prière.

Après quelques minutes de méditation, le malfrat confia à l’étudiant qu’il était très chanceux de l’avoir rencontré. Car, il courrait le danger de faire un accident mortel et ajouta qu’il n’allait pas revenir sur ses deux pieds de sa commission.

Siaka Diallo, prit peur et c’était justement le résultat escompté par les deux malfrats. Le faux talibé lui remit, alors, une petite pierre. Il lui demanda de la mettre sous sa langue et de marcher sans se retourner jusqu’au marché. Siaka Diallo s’exécuta docilement. Arrivé au marché de Banankabougou, il se retourna enfin. Le faux talibé et son complice avaient déjà disparu.

Il courut droit à la place où il venait de prier avec le talibé mais le ciel sembla s’écrouler sur sa tête. Sa moto avait, elle aussi, disparu. Du coup, il réalisa qu’il venait de perdre son portable, la somme de 15 000 FCFA et la tasse de couscous destinée au malade.

Siaka Diallo comprit, enfin, qu’il venait d’être roulé dans la farine par deux malfrats. Il courut droit au commissariat du 10e arrondissement pour faire sa déclaration.

Lorsque qu’il fit la description des deux individus, L’inspecteur Macky le Lynx reconnut tout de suite l’un d’eux. Il s’agissait de Moussa Maïga, un repris de justice qui venait, à peine trois jours, de sortir de prison, après y avoir purgé six mois pour vol de moto. Ce dernier avait été vu par ses éléments en train de rôder dans le secteur et tous ses mouvements étaient, dès lors, surveillés par la police. Macky le lynx a donc lancé tous ses éléments aux trousses des deux malfrats.

L’intensification des recherches a permis à ses éléments de la brigade de recherches du 10e arrondissement d’appréhender Mousa Maïga avec son complice sur la moto volée derrière le poste de police de Sénou. C’était aux environs de 18 heures, dans la soirée de vendredi 29 février. Le complice de Moussa Maïga n’est autre qu’un certain Moussa Diallo dit Moïse. Tous deux sont des vagabonds sans emploi et sans domicile fixe, vivant à Niamakoro.

Au poste de police, ils ont reconnu les faits. La moto, le portable et les 15000 FCFA ont été restitués à Siaka Diallo. Quant à la tasse de couscous, les malfrats ont avoué qu’ils s’en sont bien régalés.

Les deux malfrats ont été présentés devant le Procureur de la République du tribunal de la commune VI. Ils ont été condamnés à cinq ans de prison ferme pour Moussa Maïga et deux ans de prison ferme pour Moussa Diallo dit Moïsé.

Pierre Fo’o MEDJO

10 mars 2008.