Partager

Une source française jointe par Le Monde indique n’avoir « aucune preuve à ce stade » que ce sont bien des soldats maliens qui ont été tués lors du raid des forces françaises dans la nuit du 23 au 24 octobre dernier. « Si nos soldats ont attaqué le camp, c’est qu’ils n’ont vu aucun prisonnier et qu’il y avait que des hommes en armes, libres de leurs mouvements, dit-elle. Il faut aussi savoir que quand les djihadistes font des prisonniers, le plus souvent soit ils les tuent, soit ils les retournent… Pour l’instant, il n’y a pas de bavure. »

Du 08 Novembre 2017