Partager

La Commune rurale de Moribabougou sur la route de Koulikoro connaît des besoins cruciaux en eau potable. Des préoccupations prises en charge par une société de distribution d’eau potable dont les efforts sont contrariés par des luttes politiciennes sur fonds de spéculations foncières.

Zeina Hydro est une société de distribution d’eau qui a pignon sur rue dans la Commune rurale de Moribabougou et ses environs. Son implantation dans la localité a été d’une bouffée d’oxygène pour les populations qui ployaient sous le poids de la corvée d’eau. Pour les besoins de son extension, la société s’est vue obligée de construire un château d’eau en vue de la desserte des habitations situées sur les hauteurs de la colline.

Les travaux d’extension de la desserte en eau potable ne sont apparemment pas du goût du maire Diarah Diarra et de son proche entourage. Ces derniers voient en la promotrice de Zeina Hydro, Mme Cissé Zeina Haïdara, une adversaire politique, qui ne serait mue que par des ambitions politiques à quelques mois des élections municipales.

Une fronde bien organisée et ayant à sa tête la présidente de la Coordination des associations et regroupements des femmes de la Commune de Moribabougou (Carfecm), Mme Yorobo Diarra, a été planifiée depuis la mairie.

La présidente de la Carfecm, Mme Yorobo Diarra, incite et manipule des jeunes désœuvrés et des femmes de la Commune pour empêcher les travaux d’extension de Zeina Hydro.

Des appels à la mobilisation sont souvent faits par des crieurs publics. Des populations qui ont soif d’eau n’entendent pas les choses de cette oreille. Le chantier a déjà fait les frais de loubards, la semaine dernière. Du sable et du gravier ont été emportés et éparpillés. La radio FM de Moribabougou a été vandalisée suite à un reportage sur cet événement dramatique.

Ces actes aux conséquences graves pour des populations innocentes qui seront à la longue sevrées d’eau potable, se passent au vu et au su des autorités préfectorales de Kati et des plus hautes autorités du pays. Selon des indiscrétions, la dame Yorobo Diarra, qui jouit des amitiés de la première Dame et qui s’en vante, ne recule devant rien.

Idem pour le maire Diarrah Diarra dont le soutien indéfectible au chef de l’Etat lors de la présidentielle et des législatives de 2007 a été récompensé par une 4×4 neuve. Il s’adonne d’ailleurs au morcellement tous azimuts de parcelles sans crainte du préfet et des autorités judiciaires.

C’est le comble du désespoir quand des combines politiques chassent l’eau potable d’une localité qui en a tellement besoin.


Abdrahamane Dicko

16 Juin 2008