Partager

Ces acteurs ont aussi bénéficié de notions élémentaires et essentielles sur les processus de recherche de financement des programmes culturels. Cet accompagnement du Projet Giz Donko ni Maaya est unanimement apprécié

Dans le cadre de l’amélioration des compétences techniques de ses agents, le  ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a organisé, hier au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba, un atelier de formation des cadres des directions régionales de la Culture sur le montage et le développement de projets culturels. Mais aussi sur les techniques de recherche de financement. 

La cérémonie officielle était présidée par le ministre l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, en présence de l’ambassadeur d’Allemagne dans notre pays, Dr Dienttrich Fritz Reinhold Dr Paht, et de la directrice du Projet Giz Donko ni Maaya, Magali Moussa. On notait aussi la présence des membres du cabinet, du directeur général du Palais de la culture et des participants venus des capitales régionales.

Cet atelier de formation qui se déroulera du 27 au 31 octobre prochains sur financement de la République fédérale d’Allemagne, à travers le projet Giz Donko ni Maaya, est mis en œuvre  par la direction nationale de l’Action culturelle (Dnac). Il vise à accompagner les porteurs de projets culturels dans le montage et les processus de recherche de financement.

Le ministre Guindo a tout d’abord salué le diplomate allemand pour l’accompagnement constant de son pays à travers le projet Giz Donko ni Maaya. «L’occasion est agréable pour réitérer ma gratitude à ce programme sous le leadership éclairé de Mme Magali Moussa», a-t-il dit. Pour lui, il est clair que cette formation constitue une étape décisive dans la formation des cadres régionaux des services techniques déconcentrés de la culture afin qu’ils soient en mesure d’accompagner les porteurs de projets culturels dans le montage et les processus de recherche de financement.

Le premier responsable du département en charge de la Culture a aussi souligné qu’un diagnostic du secteur culturel, révèle que les organisations culturelles (ONG, associations, fondations) connaissent des difficultés en termes de capacité de mobilisation des ressources, d’instabilité du personnel, mais aussi de non diversification des sources de financement. Enfin, il a rappelé que le Projet  a été toujours présent et n’a ménagé aucun effort pour accompagner son département ministériel à structurer et professionnaliser le secteur de la culture. «Cela à travers des actions concrètes, matérialisées par les  documents référentiels classification, certification/ labellisation, la règlementation du secteur à travers l’élaboration des textes législatifs et l’opérationnalisation d’une plateforme digitale».

 Dr Dienttrich Fritz Reinhold Dr Paht a exprimé sa satisfaction pour la tenue de cette formation. Le Mali s’est engagé dans un processus de décentralisation. Il est important de renforcer non seulement les structures décentralisées, mais aussi les services déconcentrés de l’état pour que les populations puissent bénéficier de meilleures conditions de vie, afin de renforcer le rôle de la culture dans la décentralisation, le projet a organisé l’année derrière une série de formations pour les représentants des collectivités territoriales.

Selon l’ambassadeur, l’objectif de ces formations était d’exploiter davantage le potentiel de la culture comme facteur d’éducation, de développement économique et de renforcement de la cohésion sociale. Donc, la formation en cours s’inscrit dans la continuité  de cette approche. C’est dans cette optique que le projet Giz Donko ni Maaya, en partenariat avec la Dnac, a soutenu cette formation en vue d’augmenter les activités culturelles permettant aux populations de renforcer le vivre ensemble. Il a particulièrement remercie le directeur régional de la culture de Gao pour sa collaboration avec le projet.

 Quant à Mme Magali  Moussa, elle a aussi témoigné de sa satisfaction de la présence des cadres venus des capitales régionales, avant de saluer leur engagement et le partenariat avec le département de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme à travers la Dnac. 

Source: L’Essor