Partager


Les lampions se sont éteints sur la 11e édition des championnats du monde d’athlétisme qui se sont déroulés du 25 août au 2 septembre 2007 à Osaka (Japon). Ils étaient nombreux les absents africains à Osaka pour diverses raisons. Des Nigérians, aux Ghanéens en passant par les Sénégalais sans oublier les Mozambicains à travers leur championne, Maria Mutola, 33 ans (800 m), blessée.

Le Mali était présent avec deux athlètes qui ont été une fois de plus aux durs apprentissages de la discipline au plus haut niveau. Avec une si faible représentation, le Mali n’avait aucune chance de médaille dans ces championnats.

Les deux athlètes, Ibrahim Maïga (400 m haies) et Kadiatou Camara dite « La » (200 m) ont été éliminés dès le tour préliminaire. Toutefois, Ibrahim a pu battre le record national. Après un mauvais parcours aux Jeux africains d’Alger (juillet 2007) avec une médaille de bronze en athlétisme, le pays revient bredouille d’Osaka.

N’empêche que l’Afrique ne revient pas bredouille d’Osaka. Avec une seule médaille d’or à Helsinki (Finlande en 2005), le Kenya a bien rectifié le tir en devenant le 1er pays africain au classement des médailles avec 13 médailles, dont 5 en or.

Il est suivi de l’Ethiopie, meilleur pays africain sur les deux dernières éditions. Le pays, qui était 3è nation du monde en athlétisme derrière les Etats-Unis et la Russie en 2005 à Helsinki, a pu compter sur ses deux grandes stars, Kennenissa Bekelé (10 000 m) chez les hommes et Tirunesh Dibaba (5000 m).

Ces deux pays, malgré la forte chaleur d’Osaka, ont su se mettre en évidence pour sauver l’honneur de l’Afrique. Une satisfaction pour Hamad Kalkaba Malboum, le président de la Confédération africaine d’athlétisme. « C’est un travail remarquable du Kenya qui a pourtant perdu beaucoup d’athlètes à cause du phénomène de naturalisation », a apprécié le Camerounais.

Même son de cloche chez Lamine Diack, président de la Fédération internationale d’athlétisme qui trouve « les résultats encourageants qu’on pouvait déjà sentir chez les catégories cadettes et juniors dans ces pays d’Afrique de l’Est ». Cinq pays africains ont obtenu des médailles. Il s’agit de l’Ethiopie, du Kenya, de l’Ouganda, du Maroc et de la Tunisie.

Le continent africain était en mesure d’obtenir plus d’une vingtaine de médailles à Osaka. Mais, déjà Helsinki, l’Afrique avait globalement perdu de son influence avec seulement six médailles d’or contre 11 aux mondiaux précédents en France. Mais, le continent est aujourd’hui victime du talent de fils débauchés sans vergogne par les pays riches.

Ainsi, Bernard Lagat (1500 et 5000 m), l’ancien Kenyan, a défendu et remporté une médaille pour les Etats-Unis. Un cas parmi tant d’autres que dénoncent les dirigeants africains avec regret.

« Des médailles qui nous échappent », soupirait Hamad Kalkaba Malboum, président de la CAA à Osaka. L’Afrique doit aujourd’hui se battre pour enrayer cette fuite inacceptable de ses talents vers d’autres horizons.

Et ce combat doit être une priorité pour le Sénégalais Lamine Diack, réélu à la tête de la Fédération internationale d’athlétisme à Osaka.

A 74 ans, ses pairs viennent de lui renouveler leur confiance pour un ultime mandat de 4 ans (2007-2011). Le Sénégalais, ancien sauteur en longueur et ministre des Sports de son pays, a recueilli 167 voix contre 9.

Il souhaite utiliser sa dernière présidence pour relancer l’athlétisme, une discipline qui a notamment perdu de son importance à l’école.

Et le congrès de l’IAAF a changé de système de gestion en intronisant deux vice-présidents aux côtés de Lamine Diack.

Il s’agit du Français Sébastien Coe (50 ans), double médaillé d’or du 1500 m aux Jeux de Moscou et Los Angeles et Sergueï Bubka (43 ans), sextuple champion du monde de saut à la perche et toujours détenteur du record du monde de la spécialité avec un saut à 6,14 m.

Gageons qu’ils sauront apporter à l’athlétisme le sang neuf dont il a besoin pour redorer son blason, en luttant efficacement contre des fléaux comme les naturalisations et surtout le dopage.

Boubacar Diakité Sarr

05 septembre 2007.