Partager

Vingt ans après, le Sénégal retrouve les 1/8 de finale de la Coupe du monde grâce à sa victoire maîtrisée footbalistiquement et émotionnellement sur l’Équateur (2-1), mardi au stade al-Khalifa de Doha.

En reprenant l’avantage juste après l’égalisation équatorienne, par Kalidou Koulibaly (70e), les Lions ont effacé beaucoup de mauvais souvenirs d’un seul coup.

Oubliée l’élimination au Mondial-2018 au nombre de carton jaune, au profit du Japon, pour un but de Youri Mina à un quart d’heure de la fin du match contre la Colombie (1-0), un autre adversaire sud-américain.

Effacée l’absence de la méga star Sadio Mané, blessée avant le tournoi. Son remplaçant pour allumer les mèches, Ismaïla Sarr, a assumé son rôle, provoquant et transformant le penalty de l’ouverture du score (44e s.p.).

Le joueur de Watford a frappé « à la Neymar », une course à petits pas et un contre pied imparable, au ras du poteau. Il avait été coupé dans sa course par Piero Hincapié, conduisant le Français Clément Turpin à siffler.

– A la mémoire de Bouba Diop –

Honorée la mémoire de Pape Bouba Diop, un des héros de l’épopée de 2002, où il avait marqué trois buts sur la route menant jusqu’aux quarts de finale.

Mort le 29 novembre 2020 à l’âge de 40 ans, « Bouba », buteur au match d’ouverture contre la France il y a vingt ans, était présent dans les discours de veille de match. Le capitaine Kalidou Koulibaly avait écrit le N.19 du géant de Rufisque (il mesurait 1,95 m) sur son brassard.

« On rend hommage à Bouba Diop, une figure du football sénégalais, aujourd’hui on avait une pensée pour lui », a lancé Pape Gueye, intraitable au milieu.

Les Lions attendent le vainqueur du groupe B, probablement l’Angleterre, qui affronte le pays de Galles (20h00), pour leur deuxième 1/8 de finale en trois participations. Ce sera dimanche (16h00).

En Corée et au Japon, ils avaient croisé et battu la Suède (2-1) avec un doublé d’Henri Camara, dont un but en or.

Le Sénégal a mérité sa victoire. Le champion d’Afrique a montré plus de maîtrise et de maturité que son adversaire.

« Si on joue comme on a joué aujourd’hui, on peut espérer quelque chose dans cette compétition », a lancé Idrissa Gana Gueye.

– « Élever notre niveau de jeu » –

Après un départ raté contre les Pays-Bas (défaite 2-0), les Sénégalais s’étaient remis à l’endroit contre le Qatar (3-1), sans génie. Contre les Andins, ils ont joué en patrons.

« On savait qu’on pouvait élever notre niveau de jeu, c’est vrai que les premiers matches étaient difficiles, mais quand il faut répondre présent dans ces grands matches-là, je sais que je peux compter sur tout l’effectif », commente « Gana ».

En revanche on n’a pas reconnu « el Tri », si séduisant contre le Qatar (2-0) et les Pays-Bas (1-1).

Gustavo Alfaro, dit la « Laitue » (« Lechuga ») a bien aligné son étoile, Enner Valencia, capitaine et co-meilleur buteur du tournoi avec Kylian Mbappé (3 buts), genou douloureux, mais les Andins n’ont pas beaucoup dérangé les Lions.

Les Équatoriens n’égaleront pas cette année la performance de 2006, où ils avaient atteint les 1/8 de finale à leur première participation.

Ils n’ont marqué que sur coup de pied arrêté, un corner repris par Moises Caicedo (68e), qui n’est pas hors jeu puisqu’Abdou Diallo est sur la ligne avec son gardien (68e).

Mais sur l’action suivante le Sénégal est repassé devant grâce à son capitaine Koulibaly, impérial en défense, profitant d’une déviation de l’infortuné Valencia sur un coup franc tiré par Idrissa Gana Gueye.

Seule mauvaise nouvelle de la soirée pour le Sénégal, « Gana », averti pour un coup d’épaule au visage de Gonzalo Plata (66e), est suspendu pour les 1/8. L’ancien Parisien est « grave déçu ».

Mais le quasi débutant Pathé Ciss, titulaire au milieu pour sa troisième sélection dans ce match historique pour le Sénégal, a assuré. Et Cheikhou Kouyaté sera peut-être remis.

« On ne se fixe pas de limite », annonce Gana Gueye.

SOURCE : AFP