Partager

La Fifa a renvoyé chez eux les arbitres controversés, dont notre compatriote Koman Coulibaly.

Acculée sur la question de la vidéo, la Fifa a d’ores et déjà sévi en punissant les arbitres auteurs des plus grosses erreurs de la Coupe du monde 2010. Mardi dernier, sur la polémique autour de l’arbitrage, Sepp Blatter s’est exprimé en conférence de presse.
Il a annoncé que la Fédération internationale de football (Fifa) a publié la liste des arbitres qui officieront aux quarts de finale ainsi que pour la suite du tournoi.

Dans les 19 noms, on ne retrouve pas celui de notre compatriote Koman Coulibaly, ni l’Italien Roberto Rosetti encore moins le Français Stéphane Lannoy, victimes de leurs erreurs d’arbitrage. Koman Coulibaly paye pour le but refusé en toute fin de match, Etats-Unis/Slovénie (2-2)en phase de poule.

Pour le cas précis de Koman, sa décision se fonde sur des tirages de maillots tous azimuts dans la surface de réparation, comme les images l’ont démontré sous plusieurs angles.

Mais, contrairement aux rumeurs, aucuns d’eux n’a été radié et ne fait pour l’heure l’objet d’une mesure disciplinaire. Au contraire, l’instance dirigeante du football mondial a accordé son soutien à ces arbitres.
A noter que deux trios africains dont 2 centraux et 4 assistants continueront l’aventure.

B. D. S.

…………………….

Un duel Villa-Higuain

En inscrivant le seul but du 8e de finale entre l’Espagne et le Portugal (1-0), mardi dernier, David Villa a porté à son compteur 4 buts. L’attaquant ibérique rejoint en tête du classement des buteurs Gonzualo Higuain (Argentine) et Robert Vittek (Slovaquie), ce dernier n’ayant plus la possibilité d’accroître son total après l’élimination des Slovaques par les Pays-Bas (2-1) en huitièmes de finale, ce sera donc un duel Villa-Higuain pour le titre de meilleur buteur du Mondial-2010.

Les 1/4 de finale tous connus

En s’imposant face au Portugal (1-0) mardi soir, l’Espagne a complété le plateau des quarts de finale de cette Coupe du monde 2010. La Roja affrontera le Paraguay samedi. Ce sont les Pays-Bas et le Brésil qui vont ouvrir le bal vendredi. Ensuite, le Ghana en découdra avec l’Uruguay. Les retrouvailles entre l’Allemagne et l’Argentine, qui avaient livré un superbe match lors du Mondial-2006, en quarts de finale, sont prévues pour samedi après-midi.

Le Ghana à Johannesburg

L’équipe nationale du Ghana est arrivée mercredi matin à Johannesburg où elle affrontera demain la formation uruguayenne. Il était environ 9 h 20, heures locales lorsque Milovan Rajevac et ses hommes sont arrivés.

Selon nos informations, ils avaient fait une pause de concentration sur les berges de Sun City à Rustenburg avant de reprendre le chemin de Johannesburg. Un point de presse, une séance d’entraînement seront au menu avant le choc de demain contre l’Uruguay.

Rassemblés par

B. D. S.

(envoyé spécial)

……………………

Mondial :Rajevac sort de l’ombre

L’entraîneur serbe du Ghana, Milovan Rajevac, 56 ans, n’a pas ce qu’on appelle le charisme. A l’hôtel Hunters Rest ou au bord du terrain d’entraînement du Park Olympic de Pretoria, il chuchote ses directives à son ami d’interprète, car il ne parle quasiment pas l’anglais.
Mais après presque deux ans passés au Ghana, Rajevac a su très vite se faire apprécier de tous, notamment des joueurs. Pour le milieu de terrain et fils d’Abedi, André Ayew, « il est bon ». « Il a amené la sérénité entre les joueurs. C’est quelqu’un de serein, de calme et comme il ne parle pas l’anglais des fois, c’est un peu dur parce qu’on essaye de lui parler directement. Mais celui avec qui il travaille et qui traduit ses propos est aussi formidable.

Les deux sont merveilleux et l’on est content d’eux », poursuit André Ayew, injustement suspendu et qui suivra Ghana-Uruguay sur le banc de touche ce vendredi.

Longtemps, la réputation de Milovan Rajevac n’a pas franchi les frontières de l’ex-Yougoslavie où il a effectué toute sa carrière de joueur à l’Etoile Rouge de Belgrade. International olympique, il a brièvement joué à New York Awards avant d’embrasser la carrière d’entraîneur à l’Etoile Rouge puis à l’étranger. Il a servi au Qatar, en Suède et en Chine avant de vivre sa première aventure africaine avec les Blacks Stars, derniers espoirs de tout un continent à ce Mondial-2010.
 » Pour moi, c’est une expérience vraiment passionnante. J’ai de grandes responsabilités au Ghana au-delà de mes fonctions avec les Black Stars. C’est un grand honneur d’entraîner une équipe qui a déjà participé à la Coupe du monde 2006. Le défi n’était pas évident. J’ai succédé à Claude Leroy et à un de mes compatriotes, Radomir Djuskovic, l’entraîneur du Ghana pendant le Mondial-2006. J’ai joué avec lui à l’Etoile Rouge de Belgrade et depuis mon arrivée tout se passe au mieux. On s’est qualifié pour la Coupe du monde et nous avons joué la finale de la dernière Can. C’est pas mal non », indique Rajevac.

Au fil des mois, le très effacé Rajevac a pris de l’assurance avec un relais efficace. Après le forfait du joueur de Chelsea, Essien, il savait l’importance d’un autre joueur de la Premier League anglaise, en l’occurrence John Mensah de Sunderland dans la gestion du groupe. En Afrique du Sud, Rajevac a retrouvé son compatriote Boran Militinovic. Ce sélectionneur globe-trotter n’est pas étonné de la réussite de son ami. « Il est intelligent. Il a une longue expérience, il a travaillé en Serbie avec beaucoup d’équipes dont l’Etoile Rouge de Belgrade, il voit bien le football et je suis content de lui. Après la finale de la Can, il vient de réussir un autre pari », assure l’ancien entraîneur des Super Eagles du Nigeria.

La qualification pour l’épreuve reine du sport et la finale de la dernière Can en Angola ont sorti le Serbe Milovan Rajevac de l’anonymat. Une place en demi-finale demain ou un sacre au soir du 11 juillet prochain du Mondial confirmerait la qualité de cet entraîneur venu de nulle part.

Boubacar Diakité Sarr

(envoyé spécial à Pretoria)

Les Échos du 01 Juillet 2010.