Partager

Au Mali, quand une fille atteint un certain âge, elle fait face à une pression familiale. Ses parents veulent coûte que coûte qu’elle se marie à un homme. Soit c’est la mère qui veut arranger son mariage afin d’éviter les critiques de la société, soit son père qui la veut en mariage juste pour échapper à certains regards malveillants. C’est le cas d’Ayatoum Koné, qui après s’être mariée sous pression , se retrouve aujourd’hui au bord du gouffre.


Ayatoum est une jeune fille diplômée en lettres à la Faculté des Lettres, Langues et Sciences du Langage (FLSL). Après avoir obtenue ce diplôme en 2018, ses parents ont décidé qu’elle se marie. En rappel, elle avait déjà refusé plusieurs prétendants qui la voulaient en mariage. Ayatoum était sérieuse, voulait étudier et était encore vierge. A 25 ans, les parents de cette jeune fille ambitieuse lui imposent le mariage.


C’est ainsi qu’elle a connu MK lors de son stage dans une entreprise à Bamako. Ils se sont vite familiarisés et un amour fort est né. Le jeune homme lui proposa le mariage.


Après quelques semaines de réflexion et face à la pression familiale, elle se marie aussitôt avec MK.


Juste quelques mois de mariage, MK et Ayatoum se sont installés à Niro, une ville non loin de Bamako. Loin des parents de la fille. MK change vite de comportement. D’un gentleman, il est devenu un homme friand des bars. Il sort à 18 h de la maison et ne rentre qu’à 2 h.


Flirter avec les filles de joie sans pudeur, n’est pas seulement le seul problème, mais ce qui déplore Ayatoum, son mari consomme suffisamment de l’alcool. En plus, il ne remplit plus son devoir conjugal envers sa femme qui n’a pas encore enfanté.


Or, Ayatoum a renoncé à tous les concours à cause de son mariage. Elle veut divorcer, qualifiant son mariage de cauchemar et de punition divine et poursuivre avec ses études en revenant s’installer à Bamako.

Adama Sanogo

@Afribone