Partager

« Je m’appelle Amed Sy. J’ai une trentaine d’âge et je suis gynécologue. Je suis marié à une adorable femme qui m’a donné quatre merveilleux enfants. Je menais une vie tranquille et paisible avec ma famille. Jusqu’à ce que je commette l’erreur de tenter l’expérience avec une tchiza … »


« Tout a commencé le jour où l’une de mes patientes est venue à son rendez-vous avec une amie. Je suis tout de suite tombé sous le charme de l’accompagnatrice. Après avoir sorti mon plus grand jeu de séduction, la demoiselle a cédé et m’a donné son contact. Quelques semaines plus tard elle était officiellement devenue « ma tchiza ». Pour la première fois de ma vie je trompais ma femme après dix ans de vie commune. »


« Cependant, ce qui devait être une belle aventure pour moi a très rapidement tourné au vinaigre. « Ma tchiza » était une croqueuse de diamant ! Tout tournait autour des billets. Avec ses caprices incessants et son insolence, je me suis rapidement lassé de la relation et j’ai décidé d’y mettre fin. A mon plus grand désarroi, elle m’annonça au même moment qu’elle était enceinte. Et qu’elle voulait à tout prix garder le bébé. Comme si cela ne suffisait pas, la tchiza exigea que je l’épouse dans les plus brefs délais. »


« Bien sur comme il était hors de question que je l’épouse, car non seulement j’étais monogame mais aussi parce que je n’étais pas disposé à vivre avec une femme pareil. Alors après m’avoir harcelé sans succès, elle s’est résignée à ce que je ne l’épouse pas. Nous avions donc convenu qu’elle allait me rendre le bébé juste après sa naissance pour que je l’élève. C’était sans compter sur les dépenses exorbitantes auxquelles la tchiza m’imposait. A la fin de sa grossesse j’avais dépensé jusqu’à 4 000 000 de francs CFA. Donc naturellement, j’étais ravi d’enfin pouvoir me débarrasser d’elle dès qu’elle a accouché. C’était une fille !»


« Bien que j’étais un Père aimant avec mes quatre enfants, je n’ai ressenti aucune émotion lorsque j’ai tenu pour la première fois sa fille dans mes bras. Sur le moment j’ai pensé que cela était dû au comportement de la maman. J’ai recueilli le bébé et je l’ai mis sous la garde de ma sœur pour qu’elle l’élève en cachette. Mais plus le bébé grandissait moins elle m’importait. Elle ne ressemblait ni à moi ni à aucun membre de ma famille. Alors après une mûre réflexion, j’ai décidé de faire un test d’ADN sur l’enfant. J’ai donc envoyé en France nos deux prélèvements par le biais d’un de mes amis médecins. »


« Après deux semaines d’attente, le test était là ! Et comme je m’y attendais, le bébé n’était pas de moi ! J’ai rendu l’enfant le même jour à sa mère. Et j’ai porté plainte contre elle pour qu’elle rembourse tout ce que j’ai dépensé sur elle et son enfant. »


« Après cette douloureuse expérience, je me suis promis que plus jamais je ne poserais les yeux sur une tchiza. Quant à ma femme et à mes enfants, je prie chaque jour Dieu pour qu’ils n’apprennent pas cette parenthèse de ma vie. »


Soumba Diabaté

@Afribone