Partager


Le centre Djoliba a abrité hier mercredi 11 octobre une conférence- débats sur le thème : “Solidarité : Moyen de lutte contre le “Sida” organisée par le Ministère du développement social, de la solidarité et des personnes âgées en collaboration avec le Haut Conseil National de la lutte contre le Sida. Cette cérémonie était présidée par M. Malick Sène, secrétaire exécutif du Haut Conseil National de la Lutte contre le Sida (HCNLS), de Mme Touré Oumou Camara conseiller technique au MDSSPA. Elle a eu lieu en présence de M. Bagayoko représentant de la protection sociale, du Dr Yéhia Issa Maïga premier adjoint au maire du district.

Dans son allocution, Mme Touré Oumou Camara tiendra à remercier les différents participants et se rejouit du fait que le thème de la conférence porte sur le VIH/Sida.

Quant à M. Yehia, il a mis l’accent sur la sensibilisation et donné assez d’information sur la manifestation du sida.Il a prôné l’utilisation des préservatifs. Car même dans les coins les plus réculés du pays, les populations en savent davantage sur ce fléau. Il est temps maintenant de chercher les voies et moyens de lutter efficament contre ce fléau.

Selon Yehia, le virus du Sida a été identifié en 1981 par les chercheurs américains, et sera appelé VIH1; deux ans plus tard, un second virus VIH2 fera son apparution, démontré par M. M’Boup chercheur sénégalais, puis vérifié en France.

Le VIH1 est de nature aggressif dans l’organisme et le VIH2 moins aggressif mais fatal. En somme les deux virus sont mortels.

Selon M. Yehia, vue la difficulté pour les médecins de ce faire une idée réelle de la maladie, ils l’appeleront syndrome qui veut dire une maladie banale.

Quant à M. Bagayoko, le troisième intervenant, il dira que la maladie (Sida) a été découverte chez les homosexuels en Amérique, et par la suite le premier cas du sida a été decouvert au Mali en 1985 et s’est propagé au fur et à mesure.

Selon le conférencier Bagayoko, il est difficile de parler du sida sans parler des moyens de transmission ; l’impact négatif du VIH Sida sur notre organisme, doit nous amener à lutter efficacement contre cette pandémie du siècle, car le VIH détruit tous les systèmes imunitaires qui veillent sur l’organisme 24h/24h.

Le conférencier soulignera que malgré la gratuité des antirétroviraux (ARV) une solidarité est nécessaire aux séropositifs; il dira que beaucoup a été fait par les partenaires extérieurs (Onusida) pour la lutte contre le VIH.

M. Malick Sène secrétaire exécutif du haut conseil national de lutte contre le Sida, a fait un exposé sur la structure qui oeuvre malgré les maigres moyens en vue de banir ce fléau dans notre pays.

Ainsi dans quelques jours les différentes localités du pays seront dotées des matériels adéquats pour faire face à cette pandémie du siècle.


Soumaïla T TRAORE
Stagiaire

12 octobre 2006.