Partager

Face à l’inertie de la force onusienne pour protéger les civils et leurs biens pendant les attaques des terroristes, le président du Haut Conseil Islamique du Mali critique publiquement la MINUSMA.

Il y a deux semaines de cela, des djihadistes lourdement armés, attaquaient le camp militaire de Nampala en tuant des soldats maliens et en blessant d’autres, sous la barbe des soldats onusiens. Une attitude qui a pousser à douter le peuple malien notamment les religieux de la mission de l’ONU.

Pour le président du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM), Mohamoud Dicko, le peuple malien, dans son ensemble, ne sent pas la robustesse du mandat de la Minusma sur le terrain. Cette déclaration du président du Haut Conseil Islamique a été faite lors de la cérémonie d’ouverture des travaux du forum national des leaders religieux du Mali sur l’accord de paix au CICB, la semaine passée en présence des membres du gouvernement, du représentant de la MINUSMA et de nombreux invités venus des régions.
Pour le premier responsable du Haut Conseil Islamique du Mali, l’heure n’est pas propice aujourd’hui de qualifier l’accord, mais plutôt de sa mise œuvre. Pour cela, la Minusma doit pleinement jouer son rôle : « Ce n’est pas nous les Maliens qui doivent soutenir la Minusma, mais c’est elle qui doit soutenir le Mali, parce que c’est sa mission », a martelé Mahamoud Dicko.

Visiblement énervé par l’inertie de la fore onusienne face aux terroristes, Dicko s’est demandé quelle est la mission réelle de la Minusma. Cette interrogation du président du HCIM est majoritairement partagée par les Maliens. Pour bon nombre de Maliens, la force onusienne n’a plus sa raison d’être dans notre pays si elle ne peut plus protéger les civils et leurs biens. Le cas de Nampala et les affrontements de Kidal sont des exemples récents.

Par A.DAO

Nouvelle Expression du 10 Août 2016