Partager


Le développement de l’Afrique se fera avec l’intégration et l’union entre les différents Etats ou ne se fera pas”, s’accordent à dire de nombreux responsables et autres intellectuels africains ou d’ailleurs. Et les premiers chefs d’Etat des nouveaux pays indépendants avaient compris cette réalité et avaient commencé à oeuvrer dans le sens d’une unification de l’Afrique mais très tôt, de nombreux obstacles s’érigèrent sur leur chemin. Aussi, la pauvreté de beaucoup de pays au sud du Sahara a été en grande partie à la base de cet échec.

Des décennies après et avec les nouveaux cadres et chefs d’Etat, le processus a été relancé par l’un des fervents défenseurs de l’union, en la personne de Mohammar Kaddafi, le tout puissant Guide de la Révolution Libyenne. Il est un homme d’Etat très respectueux des paires africains et particulièrement populaire chez les populations locales à cause de ses idées révolutionnaires et surtout son penchant pour l’Union Africaine.

De l’OUA à l’UA

C’est à travers ce dernier point que l’homme sillonnera et débloquera des montants colossaux notamment dans les pays subsahariens pour faire la promotion de l’Union Africaine. Pour donner une nouvelle vie à l’Union l’Organisation de l’Union Africaine (OUA) devient l’Union Africaine ( UA) en septembre 1999. Et c’est toujours le Guide de la Révolution Libyenne qui prit le devant pour amener les peuples d’Afrique à la “Terre promise”.

On se rappelle dans les années 1860 aux Etats-Unis d’Amérique lorsque le président Abraham Lincoln venait au pouvoir, certains Etats du Sud se sont retirés de l’Union pour sauvegarder leur intérêt particulier (l’esclavage). Et le président Lincoln n’a pas hésité à aller en guerre contre les sécessionnistes du Sud pour sauver l’Union.

Le grand manitou lybien s’est dit prêt à faire tout pour rendre l’Union Africaine effective. Sans hypocrisie, le président Lincoln a voulu sauver l’union dans son contexte.

Mais aujourd’hui, si la réalisation l’Union Africaine reste bloquée à cause d’un certain manque de volonté des leaders, les actions quotidiennes de l’administration du champion de l’union nous prouve un effet contradictoire à la politique prônée par le Guide sur tous les toits du monde.


L’Union Africaine, un choix de notre pays

L’Union Africaine est un choix de notre pays depuis les premières heures de notre indépendance. Pour cela, notre pays s’est ouvert à toutes les populations de tous les pays d’Afrique à la seule condition qu’ils respectent la constitution, les règles et les lois qui régissent notre manière de vivre et le fonctionnement de notre administration.

Et à cause de l’efficacité de nos différents services de sécurité, les populations mènent une vie paisible avec les étrangers honnêtes et travailleurs. Les bandits et autres délinquants sont mis aux arrêts et purgent leurs peines comme tous les détenus maliens. Malgré notre condition économique difficile, nos autorités, avec une bonne foi, arrivent à contenir ces étrangers qui vivent sur notre sol.

Mais en considérant la politique extravagante du Guide de la Révolution Libyenne Mohammar Kaddafi sur l’Union Africaine et les expulsions massives des populations étrangères en Libye, nous restons perplexe par rapport à la cause que défend Kaddafi.

Est-il réellement de bonne foi ? Pourquoi vouloir une chose et son contraire ? En tout cas, c’est vraiment une politique bizarre du Guide Kaddafi, car l’intégration des peuples est sans nul doute l’un des meilleurs moyens d’assurer l’Union entre les Etats africains.


Moussa KONDO (Stagiaire)

18 Novembre 2008