Partager

L’image de la justice malienne se trouve aujourd’hui fortement écorchée du fait des élucubrations d’un Ministre Garde des Sceaux, apparemment surpris d’être au poste qu’il occupe dans le Gouvernement Oumar Tatam Ly. En effet, Me Mohamed Ali Bathily, pour ne pas le nommer, agirait au sein du département de la Justice comme s’il était dans le « champ de gombo de sa grand-mère », comme le dit un adage de chez nous. Tant il est obnubilé par son titre de N°2 du Gouvernement, tant il croit pouvoir se substituer aux textes de la République !

jpg_une-2536.jpgCe qui n’est pas sans conséquence, comme en témoignent ses récentes sorties auv vitriol, et dans la presse, s’il vous plaît !, contre deux de ses subordonnés, et pas des moindres. En l’occurrence le Procureur Général près la Cour d’Appel de Bamako, Daniel A. Tessougué, et le Procureur de la République de la commune III, Mohamed Sidda Dicko, également juge anti-corruption du Pôle Economique de Bamako. Et à quel sujet que cette hargne que le tout puissant Ministre de la Justice nourrit dans son coeur devant le fait que le maire du district, Adama Sangaré, soit libre de ses mouvements.

Devant le refus poli de ses subordonnés de’envoyer Adama Sangaré en prison sur la base d’un argumentaire logique, le Ministre Bathily a vu rouge et a semblé dire aux deux magistrats connus comme intraitables “Faites ce que je vous dis ! La loi, c’est moi”.
En fait, a tension est telle que le Ministre Bathily n’a pas hésité à qualifier le Procureur Général Daniel A. Téssougué d’ »irresponsable » et manquant de « bon sens » pour avoir refusé de transgresser la loi. En effet, accéder à la demande du Ministre, en envoyant le Maire Adama Sangaré au cachot, serait aux yeux de Daniel Tessougué un acte de transgression de la loi dans une affaire administrativement réglée par la justice.
Tout est donc question de droit, sinon le Ministre Bathily, même si à l’époque il n’était pas encore un Ministre, devrait se souvenir que c’est le même Daniel A. Téssougué qui a fait garder le maire Adama Sangaré à la BIJ pendant 72 heures. Et le même qui, par la suite, a placé le pauvre Maire sous mandat de dépôt dans la tristement célèbre prison de Souban, à Koulikoro.

Il n’y a donc pas lieu pour notre Ministre de vouloir forcer la main à un tel homme de principe foncièrement attaché au respect de la loi…. Surtout que, comble de mépris pour les professionnels du droit placés sous son autorité, le même Ministre instruirait, depuis un cabinet ministériel, le même dossier Adama Sangaré au nom et à l’insu du Procureur de la République de la Commune III, contraignant ce dernier à le supplier de revoir sa copie.
Serait-on en bute à un Garde des Sceaux « embastilleur » de magistrat et qui se croit investi des pouvoirs d’un “roi soleil”? Dans ce cas là, comment envisager le renouveau de la justice au Mali, avec un Ministre de la Justice qui semble se dire “La loi, c’est moi” ? N’est-il pas temps que celui qui a défendu les radiés de la Fonction Publique, qui a gagné ce procès contre l’État, trouve le moyen de fa ire appliquer cette décision de justice en mettant les fonctionnaires radiés dans leurs droits, au lieu d’alimenter la polémique avec ses subordonnés pour un rien du tout ?

Si tant est que le Ministre Bathily est attaché à la loi comme il le prétend, pourquoi ne s’assume-t-il pas en tirant toutes les conséquences de l’injustice que subissent les radiés de la Fonction Publique, contraints à la disette malgré une décision de justice en leur faveur ?

Assane SY DOLO

Le Soir de Bamako du 16 Janvier 2014