Partager

Sept civils ont été tués et neuf blessés lundi soir par l’explosion d’un obus de mortier, tiré sur un quartier fréquenté de Mogadiscio, ont indiqué mardi des responsables et des témoins. L’origine du tir n’a pu être clairement établie dans l’immédiat. « Sept personnes ont été tuées et neuf blessés, c’est une catastrophe, tout le monde est choqué », a déclaré un témoin, Dahir Adan, à l’AFP. Des responsables somaliens des forces de sécurité ont confirmé l’explosion et indiqué qu’une enquête était en cours. Les insurgés islamistes shebab, qui contrôlaient une grande partie de Mogadiscio, ont été contraints en août d’abandonner leurs positions sous la pression conjointe des forces somaliennes et de l’Union africaine (UA). Affaiblis militairement, ils ont depuis mené des actions de guérilla et perpétré des attentats dans la capitale et dans d’autres villes somaliennes. La Somalie est privé de gouvernement effectif et en état de guerre civile depuis la chute du président Mohamed Siad Barre en 1991. Le 1er mai, deux personnes avaient été tuées dans l’explosion de leur voiture, chargée d’explosifs, sans qu’il soit clair s’il s’agissait d’un attentat et si les deux victimes étaient ou non conscientes de la présence d’explosifs dans le véhicule. Le même jour au moins six personnes, dont deux députés, avaient péri dans une attaque-suicide revendiquée par les shebab à Dhusamareb, dans le centre de la Somalie. AFP