Partager

modibosidibe2.jpg
Le choix est donc tombé sur un homme d’une grande expérience en la personne de Modibo Sidibé, précédemment secrétaire général de la présidence.

Le parcours de l’homme est impressionnant. Le nouveau Premier ministre est né le 7 novembre 1952 à Bamako. Il fait ses études primaires dans la capitale à l’École de Bolibana de 1958 à 1969.

Ses études secondaires le conduisent au lycée Prosper Kamara de 1970 à 1972. Après avoir décroché son bac, Modibo entreprend des études supérieures (1972-1976 et 1978- 1983).

Le nouveau chef du gouvernement est bardé de diplômes. Il est ainsi titulaire d’un brevet de parachutiste, (1977), d’un brevet d’arme (1978), d’une maîtrise en droit public (1976, Perpignan France). Il est détenteur d’un diplôme d’études approfondies (DEA) en sciences pénales et criminologie (1979 à Aix en Provence en France), d’un DEA en théorie politique (1983 Reims, France), d’un doctorat en sciences pénales et criminologie (1983 Aix-en- Provence, France), d’un diplôme de l’École nationale de police du Mali (1977), d’un certificat de droit des conflits armés (1985 San Remo, Italie).

Modibo Sidibé a été successivement commissaire de police adjoint à la brigade de police du 1er Arrondissement de Bamako (1978), commissaire de police intérimaire de l’aéroport de Bamako-Sénou.

Il a occupé des fonctions à la division exploitation à la Direction nationale de la police, et a été chef de bureau au cabinet militaire du ministre de la Défense nationale (1984).

Deux ans plus tard, on le retrouve conseiller technique au ministère délégué à la Défense nationale (1986-1989). Quand il quitte cette responsabilité, il est nommé chef de cabinet du ministre délégué à la Défense nationale (1989-1991).

En 1991, Modibo Sidibé est directeur de cabinet du ministre délégué à la Sécurité intérieure. La même année, il hérite du poste de directeur de cabinet de Amadou Toumani Touré, alors président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP). A ce poste, il a rang de ministre.

Le nouveau Premier ministre entame ensuite une longue carrière ministérielle. C’est ainsi qu’en avril 1993, il est nommé ministre de la Santé, de la Solidarité et des Personnes âgées. Il est reconduit à ce poste dans trois gouvernements successifs (7 novembre 1993, 7 février 1994, 22 juillet 1996).

Quand il quitte ce département, c’est pour devenir ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale le 16 septembre 1997 sous la deuxième législature de IIIè République. Il conserve le même poste dans différents gouvernements successifs (21 février 2000, 23 juin 2001, 19 mars 2002) jusqu’en juin 2002.

Après l’élection du président Amadou Toumani Touré à la magistrature suprême, Modibo Sidibé est nommé secrétaire général de la présidence de la République avec rang de ministre au lendemain de l’investiture du président Touré. Précisément le 9 juin 2002. Il occupe cette fonction jusqu’à sa nomination comme Premier ministre.

De cette position de collaborateur direct du président de la République, Modibo Sidibé, déjà familier du fonctionnement gouvernemental, a acquis une excellente connaissance des grands dossiers nationaux.

Cette expérience alliée à sa grosse capacité de travail, à son exigence de qualité et à son goût pour les approches systémiques, seront d’un grand apport à cet homme courtois et discret dans ses nouvelles fonctions.

Modibo Sidibé a assumé plusieurs autres responsabilités. Il a été président du conseil d’administration de l’OCCGE. A son poste de ministre des Affaires étrangères et de La coopération internationale, il fut président du conseil des ministres des Affaires étrangères de la CEDEAO (1999- 2001), président du Conseil de médiation et de paix de la CEDEAO (1999-2001), président des réunions ministérielles conjointes CEDEAO-UEMOA en 2000 et 2001, président de la conférence des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) de 2001 à 2002.

Il a été aussi président du Groupe ad hoc de l’OUA chargé de l’Acte constitutif de l’Union africaine (2000), président de séances du Conseil de sécurité des Nations unies pendant le mandat du Mali à cette instance de l’ONU (2000-2001).

Des années auparavant, il donnait des cours de criminologie à l’École nationale d’administration (1985-1992).

Le tout nouveau Premier ministre est titulaire de nombreuses distinctions. Il est notamment commandeur de l’Ordre national du Mali et commandeur de la Légion d’honneur française.

Marié, il a cinq enfants. Il consacre ses loisirs à la lecture et au sport, notamment le tennis. Il parle français, anglais et bamanan.

Dans la police nationale, il a le grade d’inspecteur général.

L’Essor


Décret N° 380/P-RM du 28 septembre 2007 portant nomination du premier ministre

Le président de la république

Vu la Constitution ;

DÉCRÈTE :

Article 1er :

Monsieur Modibo Sidibé est nommé Premier ministre.

Article 2 :

Le présent décret sera enregistré et publié au Journal officiel.

1er octobre 2007.