Partager


Les experts et techniciens dessinent la prémaquette

Comment l’aéroport international Bamako – Sénou, qui sera aménagé dans le cadre du Millennium Challenge Account – Mali, représentera-t-il la richesse culturelle et historique du Mali ? Telle est la principale question que les experts américains et les techniciens maliens de l’aéronautique, de la conception, de l’aménagement, de l’urbanisme, du tourisme, de la culture… devront tenter de répondre au terme de l’atelier de trois jours qui se tient à l’hôtel Salam.

L’ouverture était présidée par le ministre de l’Equipement et des transports, Ahmed Diane Séméga avec, à ses côtés, l’Ambassadeur des Etats-Unis au Mali, Terence P. McCulley et le Directeur général par intérim de MCA-Mali, Mahamane Bania Touré.

Organisé par MCA-Mali, sous l’égide du ministère de l’Equipement et des transports, cet atelier est placé sous le thème de la définition des éléments du programme d’aménagement du nouveau terminal passagers de l’aéroport de Bamako-Sénou. Initiative originale, il marque le point de départ de la réflexion sur la nouvelle architecture à donner à la nouvelle aérogare de Bamako- Sénou.

En effet, celui-ci accueillira, dans le cadre du projet MCA, d’une part, des travaux d’aménagement portant sur l’extension et le renforcement de la piste d’atterrissage, d’autre part, la construction d’une nouvelle aérogare de 14 000 m2 pouvant recevoir à terme 1,5 million de passagers par an.

En somme, le MCA-Mali a pour finalité de faire de Bamako-Sénou une plate forme de trafic aérien dans la sous-région et, au-delà, lui permettre d’accueillir les avions gros porteurs en vols longs courriers non stop de Bamako vers des destinations comme Johannesburg, l’Europe et le Moyen orient. L’atelier ouvert hier a pour objectif de proposer, après réflexions, des orientations ou directives à l’attention du consultant qui sera choisi pour la conception et la supervision des travaux.

Ces idées et suggestions permettront de définir la configuration et le style architectural de l’aéroport rénové en prenant en compte modernisme et valeur culturelle du Mali. Cet exercice, d’un genre nouveau dans la réalisation des grands ouvrages au Mali, permettra de sortir des schémas classiques auxquels le pays est habitué et, surtout, de gagner du temps dans la phase de conception aussi bien que dans celle de la réalisation.

« Une piste d’aéroport est le boulevard principal le plus important de n’importe quelle ville  » a souligné l’Ambassadeur des Etats-Unis au Mali. Terence P. McCulley d’expliquer qu’au moment ou la nouvelle piste fonctionnera comme artère importante pour le commerce et le tourisme, le terminal et tout ce qui l’entoure serviront d’entrée au Mali, en donnant un premier aperçu de la beauté de notre pays et une occasion de présenter le riche héritage culturel et la légendaire «  jatigya « .

Il espère que les trois jours de travaux suffiront aux experts et techniciens pour répondre à un certain nombre de questions : comment l’aéroport représentera-t-il la richesse culturelle et historique du Mali ? Comment présentera-t-il la chaleur, l’hospitalité et la générosité qui caractérisent le peuple malien ? Comment peut-il représenter la compréhension malienne de l’importance de la conservation de l’énergie, de l’eau et des autres ressources?

Au niveau des détails techniques, il s’agira pour les participants de prendre en compte la sécurité, le flux de passagers, les coûts d’exploitation et d’entretien, de la manutention… Le nouvel aéroport, a assuré le directeur général de MCA-Mali, Mahamane Bania Touré, va créer des opportunités d’intégration de notre pays dans le commerce international, notamment l’exportation de ces produits et des denrées agricoles périssables comme la mangue, le haricot vert, les tomates, la pomme de terre.

Tout en rappelant l’importance qu’accorde le président de la République à la réalisation de cet important projet, le ministre Ahmed Diane Séméga a exprimé toute la reconnaissance du gouvernement au peuple américain pour son accompagnement au développement du Mali.

Youssouf CAMARA

17 Juin 2008