Partager

Les partisans de Mohamed Morsi ont appelé à de nouvelles manifestations vendredi au Caire pour réclamer le retour du président islamiste déchu, au lendemain de mises en garde du président par intérim Adly Mansour et de l’armée contre tout « recours à la violence ». Les cortèges doivent converger vers deux sites que les islamistes occupent depuis près de trois semaines: la mosquée Rabaa al-Adawiya dans un faubourg au nord-ouest de la capitale, et les abords de l’Université du Caire, dans le quartier de Guizeh, plus proche du centre-ville. Des rassemblements des adversaires de M. Morsi sont également annoncés sur la place Tahrir et près du palais présidentiel. Les violences depuis le renversement de M. Morsi par l’armée le 3 juillet ont fait plus d’une centaine de morts. Plus de cinquante personnes ont notamment péri le 8 juillet devant le quartier général de la Garde républicaine, tandis que sept autres ont perdu la vie dans la nuit de lundi à mardi au Caire lors de heurts en marge de manifestations. Outre ces manifestations à risques, le pouvoir est confronté à une nette détérioration de la sécurité dans la péninsule du Sinaï, dans l’est du pays, où sont implantés des groupes islamistes radicaux. La communauté internationale s’est, à l’exception notable de la Turquie, globalement abstenue de qualifier explicitement de « coup d’Etat » le renversement de M. Morsi, mais de nombreuses capitales ont exprimé leur l’inquiétude et ont appelé à un retour rapide sur la voie démocratique. AFP.