Partager

Des partisans de la rébellion touareg du MNLA ont saccagé aujourd’hui des bâtiments publics à Kidal, dans le nord-est du Mali, pour protester contre la décision de leurs chefs de quitter certains de ces locaux occupés depuis plusieurs mois, selon des sources concordantes.

D’après des habitants et une source militaire africaine joints sur place, quelques dizaines de femmes et de jeunes partisans du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) tenaient depuis ce matin un sit-in devant le gouvernorat pour protester contre l’évacuation promise de ce bâtiment ainsi que celui du siège de la radio-télévision ORTM dans ce chef-lieu de la région. Pour une raison indéterminée, le sit-in a dégénéré en violences, des jeunes ont saccagé et brûlé une partie du gouvernorat, du Trésor public et d’un bâtiment de l’Education nationale situé à proximité, d’après ces sources.

Aucun bilan n’était immédiatement disponible.

Des hommes du MNLA demeuraient toutefois cet après-midi au gouvernorat et au siège de l’ORTM, qu’ils occupent depuis environ neuf mois, selon des sources concordantes. La décision du MNLA de quitter ces bâtiments, annoncée le 9 novembre, a divisé les partisans de la rébellion.

Un premier sit-in de protestation avait déjà été organisé mercredi devant le gouvernorat par un groupe de femmes et de jeunes. Le chef coutumier de Kidal, Intalla Ag Attaher, avait entrepris une médiation entre les deux bords, en exhortant au respect de la promesse faite, selon un proche de sa famille, Moussa Ag Achérif, joint depuis Bamako.

Le Figaro.fr avec AFP

Mis à jour le 14/11/2013 à 14:42 Publié le 14/11/2013 à 14:38