Partager

Les rideaux sont tombés mercredi dernier sur le 13e concours d’agrégation de médecine humaine, pharmacie, odontostomatologie, médecine vétérinaire et production animale du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) que notre capitale a abrité du 6 au 15 novembre.

La cérémonie de remise des diplômes aux lauréats a eu lieu au CICB sous la présidence du ministre de l’Education nationale, le Pr. Mamadou Lamine Traoré qui avait à ses côtés les ministres de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné, de la Promotion de la femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Diallo M’bodji Sène, et de nombreux invités de marque.
Sur les cinq candidats maliens, trois ont décroché le titre de professeur agrégé dont Mme Sidibé Assa Traoré, qui devient ainsi la première Malienne professeur agrégée.
Spécialisée en endocrinologie, métabolisme nutrition, Mme Sidibé s’est classée première dans sa discipline par le jury dirigé par l’éminent professeur gabonais, Charles Mbalawa Gombe qui a tenu à saluer la bonne organisation du concours et l’implication du Mali dans tous les programmes du Cames, une institution régionale habilitée de nommer les professeurs par voie de concours.

Un bilan honorable
De l’avis du secrétaire général du Cames, le Pr. Mamadou Moustapha Sall, le bilan du 13e concours du en médecine organisée dans notre pays reste de loin très satisfaisant avec un bon niveau de participation et de réussite.

« Le taux de réussite du 13e concours d’agrégation de médecine humain,e pharmacie, odontostomatologie, médecine vétérinaire et production animale affiche le meilleur taux de réussite et de participation enregistré depuis le début du programme », a-t-il noté.
Au total 117 candidats ont pris part au concours de Bamako, 77 ont été déclarés admis au titre de professeurs agrégés dans différents domaines de la médecine humaine et animale, soit un taux de réussite de 65,81 %.

Pendant dix jours, notre capitale a vibré au rythme de la communauté scientifique africaine. Quatorze universités africaines étaient présentes et plus d’une dizaine de professeurs de grandes écoles françaises et belges ont également pris part aux travaux.

Le ministre de l’Education nationale a adressé une mention spéciale au couple N’Cho de l’Université de Cocody (Côte d’Ivoire) admis avec succès au titre de professeur agrége en santé publique, option médecine préventive et prothèse maxillo-faciale.

Il a par ailleurs félicité tous les candidats en particulier ceux de l’Université de Bouaké au nombre de dix qui, selon lui, malgré la déchirure et les difficultés dans leur pays ont tenu à être présents à Bamako et qui ont fait un bon score avec huit admis.
Amadou Waïgalo

Sadio Yéna : 1er chirurgien thoracique du Mali
Parmi les trois médecins maliens à avoir réussi au concours d’agrégation du Cames, devenant du coup des professeurs, figure Sadio Yéna. Le cas de ce jeune médecin, ayant certes précocement le crâne dégarni mérite d’être retenu. Il a compéti dans une discipline de pointe : la chirurgie thoracique, et ils étaient nombreux à ne pas parier un kopeck sur sa réussite.
Pourtant, il est sorti major. Il a déjà réussi des opérations au Mali dans le domaine, ce qui constituait une première, car avant les patients fortunés partaient en Europe et les autres s’en remettaient à la sentence divine…
Après un cursus normal à l’Ecole de médecine et de pharmacie de Bamako et une expérience de médecin de brousse, il a poursuivi en France sa spécialisation avant d’opter pour une carrière universitaire qui voit son couronnement avec cette brillante réussite, un succès qui comble le Mali et ouvre pour nous de nouvelles perspectives en matière de soins de santé.

17 nov 2006