Partager

urne1.jpgLundi, c’est-à-dire, quatre jours seulement après la célébration de journée internationale de la femme, le 8 mars dernier, Mme Sidibé Aminata Diallo, professeur-chercheur à l’Université de Bamako, a déclaré sa candidature à l’élection présidentielle d’avril prochain.

L’annonce a été faite en fin d’après-midi à Lafiabougou en Commune IV, au siège du parti qu’elle préside : le Rassemblement pour l’éducation à l’environnement et au développement durable (REDD).

Pour la candidate du REDD, sa candidature à la magistrature suprême, signifie qu’elle veut faire de la politique « concrétiste » qui consiste à sortir des débats théoriques pour s’attaquer concrètement aux vrais problèmes des Maliens.

Pour Mme Sidibé Aminata Diallo, malgré la gravité de la situation, la problématique de la préservation de l’environnement est faiblement évoquée dans les débats électoraux.

Mme Sidibé Aminata Diallo estime que compte tenu de fragilité de l’écosystème du Mali aussi bien dans les régions du Nord que dans le Sud, notre pays devra faire des choix environnementaux importants durant les 5 années à venir.

Pour la candidate du REDD, face à cette indifférence, sa motivation est fondée, car estime-t-elle, notre développement s’appuiera sur les équilibres des écosystèmes, le Mali devra rapidement s’imposer des choix.

« La cause environnementale sera notre ligne directrice », a-t-elle affirmé et le programme est déjà prêt selon la candidate.

Mme Sidibé Aminata Diallo a comme priorités l’assainissement du cadre de vie, l’arrêt de la déforestation soutenu par la lutte contre la désertification, la promotion de politiques énergétiques privilégiant les énergies renouvelables.

Annonce a été fait par la candidate du REDD que son parti va proposer des mesures concrètes contre la pollution de nos villes.

« Nous pensons que les défis sont globaux à l’échelle africaine où de réelles menaces pèsent sur l’environnement. C’est pourquoi, mon parti, en plus de la volonté d’innover en proposant ma candidature, a aussi voulu à travers celle-ci, faire bénéficier au pays de mon énorme expérience en matière d’environnement et de ma connaissance approfondie des préoccupations de nos concitoyens et concitoyennes », a expliqué la candidate du REDD.

Mme Sidibé Aminata Diallo reste cependant confiante mais très lucide par rapport à ses chances dans une course où elle reste pour le moment l’unique femme à s’être déclaré comme candidate : « Sachant que nous sommes dans une société très patriarcale, je mesure le défi à relever. Mais il s’agit d’une consultation majeure où une candidature féminine pourrait être un facteur d’apaisement des débats », affirme-t-elle.

Cependant, la première difficulté qui se pose à Mme Sidibé Aminata Diallo reste le parrainage de sa candidature. « C’est le premier combat que je vais mener. Il faut d’abord franchir cette étape avant de songer à mobiliser les foules pendant la campagne qui s’ouvre bientôt », estime-t-elle.

En tout cas, nous lui souhaitons bonne chance pour le difficile combat qu’elle vient d’entreprendre dans une société, où nombre de mentalités ne sont pas encore prêtes à accepter une candidature féminine.


14 mars 2007.