Partager

C’est hier, lundi 28 octobre, que la mission d’observation électorale de l’Union européenne au Mali (MOE UE Mali 2013) a déployé ses 20 observateurs à long terme (OLT) chargés de superviser le déroulement des prochaines législatives. Pour la tenue de ces élections, prévues le 24 novembre pour le premier tour et s’il y a lieu le 15 décembre pour le second tour sur toute l’étendue du territoire national, l’UE va débourser 3,2 millions d’euros soit 2,1 milliards F CFA pour la supervision des opérations. Afin d’édifier l’opinion sur le déploiement de ses observateurs, la mission a organisé une conférence de presse hier lundi à l’hôtel Radisson Blu de Bamako. La rencontre a été animée par Maria Espinoza, chef observateur adjointe de la Mission.

Issus de 14 États membres de l’UE et de la Norvège, les 20 premiers observateurs de l’UE ont été déployés dans leurs zones de responsabilité couvrant près de 90% des électeurs potentiels du pays.

Ainsi, dès leur arrivée le 24 octobre dernier à Bamako, ils ont bénéficié de trois jours de briefing et de formation dans les spécificités électorales, juridiques, politiques et médias des élections législatives. Cette tâche a été assurée par une équipe cadre de huit experts basée à Bamako depuis le 13 octobre et composée de la chef observateur adjointe, quatre analystes dans les domaines cités plus haut, une coordinatrice des observateurs et un attaché de presse chargé de l’information.

Selon le Chef observateur adjointe de la Mission c’est à la demande du gouvernement malien qui a exprimé le souhait d’être accompagné dans ce processus de restauration démocratique, que l’UE a décidé de déployer ses observateurs comme pour la présidentielle passée.

Elle a aussi précisé que « plus de la moitié sont des rescapés de la présidentielle passée.» Ces 20 premiers observateurs seront rejoints, le 19 novembre par 20 observateurs à court terme, et ce dispositif sera renforcé les jours de scrutin par des diplomates de l’UE en poste à Bamako.

Au total, ce sont environ plus d’une centaine d’observateurs de l’UE qui seront déployés sur le terrain lors du premier et du second tour. Elle a aussi indiqué que l’enveloppe déboursée pour la supervision de ce scrutin est la même que pour la présidentielle 3,2 millions d’euros soit environ 2,1 milliards de FCFA.

Elle a rappelé que dans un premier temps ces observateurs seront déployés dans les 5 régions du sud du Mali et peut-être dans le nord. Ce qui dépend notamment de l’évolution de la situation dans le septentrion malien ainsi que de meilleures garanties de sécurité pour ces éléments.

Cette mission sera chargée d’analyser les différentes phases du processus électoral telles que la validation des candidatures, l’établissement des listes électorales, la campagne électorale, le jour du scrutin, les opérations de dépouillement, l’agrégation et la publication des résultats, contentieux électoral. Signalons que le chef de la mission des observateurs, Louis Michel, arrivera à Bamako dans les prochains jours. Comme au premier tour, c’est lui qui publiera et commentera, peu après les scrutins, les premières conclusions de la MOE UE à l’occasion d’une déclaration préliminaire.

Et dans un délai de deux mois plus tard suivant la proclamation des résultats finaux, la mission présentera son rapport final, rassemblant une évaluation plus détaillée du processus électoral, ainsi que des recommandations pour les scrutins à venir.

Bruno D SEGBEDJI

29 Octobre 2013