Partager

Après une année de suspension pour raison de Covid-19, le concours « Miss Science Mali » revient. La 3édition du concours a été lancée, ce jeudi 2 septembre, à l’hôtel Radisson Blu de Bamako. La cérémonie était présidée par la représentante du ministre de l’Education nationale.

 -maliweb.net- 41,3 % des filles contre 48,8 des garçons terminent le premier cycle.  Seulement 26,9 des filles arrivent à franchir le cap du Diplôme d’Etude Fondamentale (DEF). Au Mali, la disparité homme/ femme est encore plus présente au niveau professionnel : 3300 femmes professeurs d’enseignement secondaire contre 20 000 hommes. De façon générale, les séries scientifiques souffrent de manque d’élèves, et surtout de manque de filles.

 « Notre pays a d’énormes potentialités scientifiques qui ont besoin d’être exploitées pour le développement », a indiqué la représentante du ministre de l’Education nationale Sylla Fatoumata Cissé. Il est important, a-t-elle ajouté, de prendre des initiatives pour améliorer l’engouement des filles et des femmes pour les matières scientifiques et les encourager à embrasser les filières y afférentes. Le concours « Miss Science Mali » regroupe les meilleures élèves en sciences des 20 académies du Mali. Les cibles sont les filles de 10e, 8e, 6e, et 3e année.

« Nous sommes résolus à favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de femme et de filles de science », a assuré Oumou Dicko, la représentante de l’UNESCO partenaire financier du concours Miss Science Mali. « Lorsque l’éducation d’une fille est interrompue, l’impact se fait sentir pendant des générations », a indiqué Oumou Dicko, soulignant toute la nécessité d’organiser une telle activité scolaire.

Mamadou TOGOLA

SOURCE : maliweb.net