Partager

L’hôtel Radisson Blu de Bamako a abrité hier pour la un atelier régional d’information sur les résultats de l’étude pour la mise en place de l’infrastructure-Qualité de la CDEAO.

L’ouverture de la rencontre était présidée par le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim. C’était en présence du représentant de la délégation de la Commission de l’Union européenne (UE) Julien Bouzon, des représentants de l’ONUDI au Mali et de la commission de la CEDEAO, respectivement Bernard Bau et Kalilou Traoré.

L’objectif général de cette réunion est d’informer les principales parties prenantes sur les principales propositions de l’étude pour la mise en place du schéma de l’infrastructure de la qualité de la CEDEAO.

Rappelons que c’est le Programme-Qualité de l’Afrique de l’Ouest (ECOQUAL) qui appuie la mise en œuvre de la politique de la CEDEAO.
En vue de contribuer à mettre en œuvre ECOQUAL, notamment la mise en place de l’infrastructure régionale de la Qualité de la CEDEAO, le Programme d’appui au Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO) est en cours d’exécution depuis septembre 2014.

Dans son intervention le représentant de la délégation de la commission de l’UE, a précisé que le présent atelier est financé par le Fonds européen de développement à hauteur de 12 millions d’euros pour les deux phases qui couvrent la période 2014 et fin 2018.

Sur les dernières années, l’Afrique de l’Ouest a accompli des progrès indéniables en matière d’intégration économique régionale et s’est assignée des objectifs ambitieux dans un futur très proche, tels que l’établissement et l’application du Tarif Extérieur Commun (TEC), à en croire M.Julien Bozon.
Dans son discours d’ouverture, le ministre en charge du Développement Industriel, a après avoir rappelé l’objectif de cet atelier a expliqué que l’implantation de cette infrastructure demande encore beaucoup plus d’efforts. Le contexte de mondialisation et d’ouverture totale des marchés a accentué les exigences relatives à la qualité. Il devient alors impératif pour notre sous-région d’apporter la preuve de la conformité de sa production, a expliqué le ministre Mohamed Aly Ag Ibrahim.

Ce programme contribuera certainement au développement d’un environnement propice aux affaires et permettra aux entreprises de la région ouest-africaine d’être plus compétitives à l’exportation. Il vise à établir un cadre pour le développement et le fonctionnement d’infrastructures qualité adaptées, pertinentes. Il concerne l’ensemble des Etats membres de la CEDEAO et la Mauritanie a-t-il expliqué.

Trois jours durant, les participants auront à se prononcer sur les textes devant régir le mandat des structures nationales de liaison dans les domaines de la qualité. Ils auront également, à formuler des recommandations pertinentes pour l’amélioration des propositions de l’étude afin de créer les conditions de la mise en place d’une infrastructure qualité au sein de la CEDEAO. Le ministreMohamed Aly Ag Ibrahim a, enfin réaffirmé son engagement aux cotés des opérateurs du secteur privé et de la société civile à œuvrer inlassablement pour s’adapter toujours plus au nouveau contexte de mondialisation de l’économie. Le Gouvernement malien réitère ses vifs remerciements à la délégation de l’UE, à la commission de la CEDEAO, de l’UEMOA, l’ONUDI et à tous les PTF pour toutes actions entreprises dans le but de développer l’infrastructure régionale qualité à travers ses différents piliers, a-t-il conclu.

Adama Bamba

Du 02 Février 2017