Partager

C’est le lundi 14 Juin dernier que les 172 délégués des 43 communes du cercle de Sikasso ont procédé à l’installation de la Chambre d’Agriculture Locale. L’événement a eu lieu dans la salle de conférence du Conseil de Cercle de Sikasso où chaque commune était représentée par 4 délégués. Signalons que la mise en place des instances locales des Chambres d’Agricultures Locale fait suite à la mise en place de celles du niveau villages et communes.

Chose atypique, pour la première fois le consensus aura prévalu durant le processus d’élection des personnes devant composer le bureau. L’ancienne équipe a été élue à 100% par les délégués de base. C’est l’ex-président en la personne Sibiri Sanogo qui succède à lui-même. Il est suivi de deux vices présidents dont le premier est M. Abdoullaye Bamba actuel Président Régional de la Chambre d’Agriculture et M. Abou Diallo 2ème vice président.

En fait, cette situation de non compétition camouflait une atmosphère où à la fois on notait de nouveaux candidats voulant pointer le nez mais aussi certaines mésententes voire des dissensions entretenues entre les locataires du bureau sortant.

Au tout départ, la bataille était déclarée entre la tendance de M. Abdoullaye Bamba fortement soutenue par la ville de Sikasso et les producteurs de pomme de terre et la tendance de M. Sibiri Sanogo issue du milieu rural profondément sénoufo et très actif dans les poids sucré. L’opinion régionale s’attendait comme il y a 4 ans à de rudes guerres byzantines pour le renouvellement de mandats. Pour certains, c’est un complot orchestré par une tendance qui veut s’éterniser. Pour d’autres, c’est un bel exemple qui mérite d’être salué par d’autres.

A tout le moins, la reconduite de l’ex-bureau ne fait que susciter des épilogues surtout dans les colonnes des organisations du monde rural.

Aujourd’hui, les uns et les autres se demandent si l’histoire ne va pas se répéter. En effet, le même scénario s’était produit au terme des élections passées de la même équipe. Sur la même liste régionale dont le chef de file était l’actuel Président de l’APCAM, Bacary Togola, figurait en 2ème position M. Abdoullaye Bamba 1er vice Président de l’actuelle équipe locale. Malgré la tendance et l’opposition formée par M. Sibiri Sanogo à l’époque cela n’a pas suffi pour contrecarrer la méthode de lutte mise en place par l’actuel président de l’APCAM pour triompher lors des régionales.

Le reste du processus s’est soldé par sa propulsion à la tête de la Chambre d’Agriculture nationale. Systématiquement, M. Bamba qui le suivait sur la liste fut ainsi élu comme Président de la Chambre d’Agriculture Régionale.

Selon des sources concordantes, le dernier passage du Président de l’APCAM à l’occasion de la bourse des semences récemment tenue à Sikasso comportait un agenda caché : celui de préparer sa réélection prochaine au niveau régional pour prétendre le niveau National. Comme pour dire que ceci explique cela : ce passage du président de l’APCAM serait-il à la base du consensus superbement observé par les acteurs régionaux dans le renouvellement des instances locales de la Chambre d’Agriculture du cercle de Sikasso ?

C’est du moins ce qu’il faut affirmer pour ce titan de la bourgeoisie paysanne moderne devenu aujourd’hui très influent tant au plan politique qu’économique. Juste après le départ de Togola, les tendances au niveau local se sont retrouvées, voire réconciliées comme pour signifier la capacité d’influence de l’actuel locataire de la Chambre d’Agriculture Nationale. Dans les coulisses, le président de l’APCAM dit avoir eu la caution de ses autres paires des régions et, c’est qui justifierait le départ en commun des prétendants au niveau local.

Allons savoir si ce ne sont que de simples promesses creuses que les autres régions ont fait pour prendre Mr Togola dans la trappe de leur piège. Pour tout dire, dans ces dernières années, les élections des instances des chambres d’agricultures au niveau local comme national sont devenus le lieu d’enjeux importants au point que cela frise une compétition politique.

Au reste, le sort du Président de la Chambre d’Agriculture régionale M. Bamba reste très mitigé quant à sa reconduction possible malgré le simulacre de consensus qui plane.

L’homme est guetté par un double risque : celui d’être rejeté par les pairs des 7 cercles d’une part et celui d’un éventuel échec de l’actuel Président national de l’APCAM qui serait tenu de devenir le Président Régional. Aussi, il n’est pas exclu que la tendance Sibiri Sanogo récidive et désiste à la dernière seconde, toute chose qui pourrait être fatale pour le consens en cours.

Le reste du processus (régional et national) nous en dira long sur cette première étape de consensus plutôt salué par les uns et les autres au niveau régional.

Tomité SANOGO

(Informations Régionales)

02 Juillet 2010.