Partager


C’est demain mardi en principe que le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche scientifique, le Professeur Amadou Touré entame un cadre de concertation avec les organisations syndicales relevant de son département. Il s’agit du SNEC, de la FEN, le SNESUP, le SYPCES qui ont des doléances déposées au département depuis quelques années.

L’école malienne est en proie chaque année à des difficultés. Si au départ, les revendications des élèves et étudiants à travers l’AEEM constituaient une menace sérieuse pour le déroulement normal de l’année scolaire, force est de constater que d’autres doléances venant des enseignants sont venues aggraver la situation.

En effet, maintenant, ce sont les enseignants, à travers les organisations syndicales qui se montrent plus déterminés à atteindre leurs objectifs, à obtenir gain de cause. Ils refusent de surveiller les examens, prennent les copies en otage ou refusent de rendre les notes.

COMMENT LA RENCONTRE S’EFFECTUERA-T-ELLE?

Rappelons que jusqu’à présent les étudiants de la FLASH, de la FSJP et de la FJEG ne sont pas encore fixés sur leur sort. Puisque les notes des sessions sont entre les mains des professeurs qui refusent de les rendre public. Aucun résultat n’est proclamé et l’année scolaire 2007-08 tend vers la fin du premier trimestre.

Selon la politique du département, la rentrée académique est prévue pour janvier. D’ici là, le nouveau ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Professeur Amadou Touré dans son programme d’activité rencontrera les responsables syndicaux pour échanger et éventuellement trouver des solutions à leurs doléances.

Précisons que les difficultés que connaissent l’éducation sont antérieures à la mise en place de ce gouvernement. La rencontre débute ce mardi 23 octore et se poursuivra dans les jours à venir.

Parmi les syndicats, nous avons le SNEC, la FEN, le SNESUP et le SYPCES. Il est urgent de trouver une solution heureuse afin que l’année académique puisse démarrer sous de bons auspices.

Mamadi TOUNKARA

22 octobre 2007.